Cette pâte à malaxer élastique et gluante est très prisée des enfants et des adolescents. A l’approche de Noël, les autorités dénoncent à nouveau la toxicité du produit qui pourrait provoquer de graves lésions.
Illustration maternité © Frederick Florin / AFP
Le scandale des “bébés sans bras” a mis en évidence des défaillances et traduit des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité sanitaire français, considéré comme l’un des plus performants au monde. Pour Lyon Capitale, plusieurs médecins épidémiologistes, toxicologues, neurologues et députés, dont deux anciennes ministres de l’Environnement, en dressent un constat inquiétant.
Dans toute la France, les infirmières étaient appelées à manifester le mardi 20 novembre. En cause : le nouveau plan santé 2022, présenté par Emmanuel Macron en septembre dernier, dont elles se considèrent être les "oubliées". A Lyon, environ 400 personnes ont fait entendre leurs revendications.
Bébé Maternité
Dans une note d'étape, le Remera (Registre des malformations en Rhône-Alpes) qui a été à l'origine de l'alerte sur les malformations congénitales dans l'Ain, s'en prend  à l’agence nationale de santé publique, sous tutelle du ministère chargé de la Santé.
Boutique de produits africains à la Guillotière (Lyon 7e) © Tim Douet
Certaines boutiques du quartier africain de la Guillotière vendent des crèmes contenant des substances cancérogènes. Prisées pour leurs prétendues vertus blanchissantes, elles exposent leurs utilisatrices à d’importants risques sanitaires et à une dépendance tant psychologique que physiologique. Le marché mondial se chiffre en milliards de dollars.
Bébé Maternité
Les six employés du registre des malformations en Rhône-Alpes seront au chômage dès le 1er janvier prochain.
Bébé Maternité
L'équipe du Remera, l'organisme qui a révélé le "scandale sanitaire" des enfants malformés dans l'Ain, est convoquée le 16 octobre par les Hospices civils de Lyon, en vue de son licenciement.
Santé publique France, l’agence chargée de la veille sanitaire dans l’Hexagone, a conduit une enquête épidémiologique sur des signalements de malformations dans l’Ain, qu’elle rend publique ce jour. En substance : aucun excès, donc aucune enquête complémentaire.
La concomitance de plusieurs cas de malformations inexpliquées chez des enfants et des veaux dans une petite zone de l'Ain inquiète fortement. 
Il vous reste 100 % de l'article à lire.Article réservé à nos abonnés.Connectez vous si vous êtes abonnésOUAbonnez-vous

Posts navigation

1 2 3 4 5 77 78 79