Le délibéré rendu ce mardi 16 juillet dans l'affaire du GSP de Vénissieux met hors de cause six policiers sur les sept poursuivis pour des faits de corruption. Ils sont en revanche tous condamnés pour violation du secret professionnel. Les avocats comme le parquet ont dix jours pour faire appel.
Dans un contexte de grand ménage de la police, la justice a voulu laver plus blanc que blanc avec la fameuse affaire dite des ripoux de Vénissieux. Un dossier qui a grossi au fil d’investigations peu fructueuses, pour cacher qu’il sonnait creux. La stratégie a été reprise à l’audience par la procureure de la République qui a requis des sanctions exemplaires, malgré des charges parfois fragiles.
Hôtel de police © Tim Douet
Près de dix ans après l’affaire Neyret, le spectre du numéro deux de la PJ plane toujours rue Servient. Et alors que l’ex-star de l’anti-gang a fait une apparition remarquée au procès de la Bac de Vénissieux, la justice lyonnaise continue d’interroger les relations entre flics et indics. Deux juges enquêtent sur la relation entre le patron de la lutte anti-stup français et l’un des principaux trafiquants. Avec cette question : l'indic a-t-il profité de son statut pour poursuivre ses importations colossales, sous l’œil complice de la police ? Comme lors du déchargement de dizaines de tonnes de cannabis dans un entrepôt de Vénissieux.
Palais de justice de Lyon © Tim Douet
Que reste-t-il de l’affaire de la Bac de Vénissieux, à l’heure du jugement ? Sept ans après l’interpellation de ces policiers vénissians par le Raid au petit jour, le pitch de blockbuster s’est étiolé. Étiré en feuilleton à rallonge, le dossier sera jugé du 3 au 14 juin, après de multiples rebondissements.
Commissariat de Vénissieux © Tim Douet
Six ans, deux juges d’instruction et quelques faux témoignages après le lancement de l’enquête sur l’affaire dite des ripoux de Vénissieux, le parquet a abandonné l’immense majorité des chefs d’accusation de corruption. Une seule persiste, pour des faits minimes. Pas d’affaire Neyret bis, donc. Mais une question en suspens : pourquoi avoir lancé un tel chantier judiciaire pour si peu ?
Pas d'image
Partie sur les chapeaux de roue sur la base de dénonciations anonymes à la crédibilité douteuse, l’affaire dite de la Bac de Vénissieux, dans laquelle sont cités sept fonctionnaires, demeure engluée dans les tréfonds du palais de justice de Lyon.