Pas d'image
Le coût de ce scrutin est estimé entre 30 000 et 40 000 euros. Une partie sera assumée par les candidats eux-mêmes. Un à deux bureaux de vote seront tenus par arrondissement.
La députée de la 4e circonscription de Lyon revient sur la récente décision de la présidente du Conseil général, Danielle Chuzeville. En s’abstenant de voter le budget, Dominique Nachury a été privée de ses délégations de vice-présidente. Quant aux primaires de l’UMP, elle aurait préféré "un travail d’équipe" et ne se prononcera pas tout de suite en faveur d’un-e candidat-e.
Michel Havard, président du groupe UMP au conseil municipal, se félicite de la procédure des primaires décidée pour choisir le candidat UMP qui affrontera Gérard Collomb en mars 2014. Michel Havard regrette que le maire de Lyon lui "pique ses idées", comme celle du chèque premier logement.
Pas d'image
Le sondage commandé par l'UMP n'ayant pas permis de faire apparaître un candidat naturel de la droite lyonnaise, le parti de droite a décidé de s'en remettre à des primaires, comme à Paris, pour désigner son champion pour les municipales de 2014. Un retour à la case départ qui n'est pas sans risques.
havard
Aucun candidat à la candidature pour les municipales à Lyon ne pourrait pour l’instant battre Gérard Collomb. C’est ce que révèle le sondage commandé par l’UMP, qui fait aujourd’hui l’effet d’une douche froide. Une douche froide à laquelle vient s’ajouter une claque pour Michel Havard. La cote de notoriété du leader de l’opposition à la Ville ne dépasse pas 31%. S’il ne permet pas de dégager un nom, ce sondage révèle une chose : aux yeux des Lyonnais, aucun candidat n’apporte de plus-value.
Georges Fenech
Dernier venu à droite dans la course à l’investiture UMP pour les municipales de 2014, Georges Fenech dénonce un système Collomb à bout de souffle. Pour griller Michel Havard et Emmanuel Hamelin, le député de Givors mise sur sa détermination et ses victoires électorales. Une manière de rappeler que la carrière politique de ses concurrents épouse une pente descendante. L’entretien politique de Lyon Capitale-le mensuel de mars.
Pas d'image
Nora Berra est candidate à la candidature de l'UMP pour les municipales de 2014. Favorable à des primaires à droite, la conseillère municipale à longtemps affirmé au sujet d'une éventuelle postulation, qu'elle ne "s'interdirait rien". Ils sont donc désormais six candidats à droite, à vouloir tenter leur chance face à Gérard Collomb en 2014. Mais le mode de désignation du candidat UMP n'est pas encore arrêté, et l'organisation de primaires apparait désormais peu probable.
LC 719 p. 12-13
Fin 2012, la droite lyonnaise semblait avoir renoncé à en organiser, faute de candidats. “À quoi bon, si Gérard Collomb est jugé imbattable en 2014 ?” entendait-on. Quelques semaines plus tard, elle croule de nouveau sous les candidatures et semble s’être remise à y croire. Les primaires sont du coup relancées. Elles pourraient voir s’affronter 5 ou 6 postulants, dans un scrutin très ouvert. Avec à la clé l’espoir qu’elles donneront à la droite lyonnaise ce qu’elle cherche vainement depuis le départ de Raymond Barre : un leader.
Pas d'image
En réunissant 600 personnes autour de lui pour un meeting de lancement de campagne pour l'investiture UMP, Michel Havard a reconquis un peu de légitimité. À contre-courant de l'absence d'annonce de Jean-François Copé sur la tenue de primaires, le conseiller municipal du 5e milite toujours pour ce juge de paix qu'il imagine favorable. Il lui permettrait surtout de balayer le vent de défiance qui souffle hors de Lyon.
Pas d'image
Mardi soir, Jean-François Copé a présenté ses vœux à la fédération UMP du Rhône à Villeurbanne. Plus que de bonnes résolutions, le président élu et/ ou autoproclamé a surtout tenu un meeting de candidat en campagne pour 2017 et/ ou pour se légitimer à la tête du premier parti d'opposition. Le ton était très national et les lyonnais qui attendaient des réponses sur la tenue de primaires pour désigner le candidat aux municipales sont repartis sans réponses.

Posts navigation

1 2 3 4