Jean-Baptiste Guegan © Yann Orhan
Fascinant et inédit cas de clonage vocal du plus populaire chanteur français des cinquante dernières années, l’énigme Jean-Baptiste Guegan vient se produire à Lyon. Retour sur la naissance d’un phénomène paranormal.
Les Innocents © DR
Après un premier album de reformation en 2015, les Innocents ont livré cette année avec 6 1⁄2 celui d’une complicité et d’une magie pleinement retrouvées : plein d’une douce mélancolie pastorale et de mélodies solaires comme aux premiers jours. À découvrir au Toboggan ce vendredi.
Le natif de Tassin-la-Demi-Lune, qui avait quitté la scène musicale en 2014, vient d’annoncer l’arrivée d’un nouvel album et une tournée en 2020.
Les Como Mamas / Ludwig Von 88 © Aaron A. Greenhood / DR (montage LC)
En attendant Katerine (si vous avez la chance d’avoir une place) et la bande à Emmanuelle Seigner, voici deux concerts pour se chauffer les oreilles les premiers jours de décembre à Lyon.
Philippe Katerine © DR
Revenu aux affaires musicales, Philippe Katerine balance de magistrales Confessions, où sur vingt titres pas moins le chanteur autopsie ses propres errements, étonnamment raccord avec l’état du monde. Sexe, violence, politique en dérision féroce et bréviaire pop ultime. L’album de l’année, à déguster aussi sur scène.
Vanessa Paradis © DR
Le concert prévu le 23 novembre, qui avait été annulé, aura finalement bien lieu, annonce le Radiant-Bellevue. Lundi 2 décembre à 20h, même salle.
L’Epée : les Limiñanas, Emmanuelle Seigner et Anton Newcombe © Richard Dumas
Comme une réplique à l’assemblée de talents ayant présidé au tremblement de terre Shadow People en 2018, est né le super-groupe L’Épée, forgé dans la préparation d’un projet solo devenu collectif à force d’émulation. Emmanuelle Seigner au chant, les Limiñanas aux compos et Anton Newcombe à la baguette. Diabolique. Et en concert à l’Épicerie Moderne.
Stephan Eicher © DR
Après de nombreuses tournées à revisiter son œuvre sous toutes ses coutures et sept ans de silence discographique, Stephan Eicher livre son deuxième album en moins de six mois. Et s’offre une nouvelle tournée, intime, qui tranchera avec ses précédentes prestations scéniques.
Bombino, à Paris en 2018 © Richard Dumas
Passé au musée des Confluences en mai 2018, Bombino devait revenir en terres lyonnaises en janvier mais ce concert a dû être annulé, pour une question de visas. Le prodige nigérien arrive donc en novembre, mais son album en forme de retour aux sources du blues touareg n’a pas pris la poussière.

Posts navigation

1 2 3 4 22 23 24