Procès Barbarin © Jeff Pachoud / AFP
De l'arrivée du cardinal Barbarin ce matin au tribunal de grande instance de Lyon, à son passage à la barre, revivez le 1er jour du procès de l'affaire Barbarin en cinq moments clés.
Plus d'une centaine de journalistes (nationaux et internationaux) ont été accrédités pour suivre le procès hautement symbolique du cardinal-archevêque de Lyon, Philippe Barbarin. 
Pierre-Emmanuel Germain-Thill, porte-parole de l’association La Parole libérée, chez lui, en décembre 2018 © Tim Douet
Entretien avec le porte-parole de La Parole Libérée, à l’occasion de l’audience le 7 janvier du cardinal Barbarin et de cinq autres responsables du diocèse de Lyon. L’association leur reproche de ne pas avoir dénoncé à la justice les agissements du père Preynat, qui a abusé de dizaines d’enfants pendant des décennies dans son groupe de scouts de Sainte-Foy. Comme beaucoup de victimes, Pierre-Emmanuel Germain-Thill espère que la justice mette l’Église face à ses responsabilités, pour briser une fois pour toutes l’omerta.
Le cardinal Philippe Barbarin, à Lyon, en 2013 © Tim Douet
Six personnes du premier diocèse de France, dont son évêque, le cardinal Barbarin, sont citées devant la justice par les victimes du père Preynat, accusé d’abus pédophiles sur plus de soixante-dix enfants. En dépit de la décision du procureur de la République de classer le dossier, elles comparaîtront donc du 7 au 9 janvier. Avec cette question : la gestion interne de l’affaire était-elle suffisante ou les dignitaires de l’Église lyonnaise auraient-ils dû dénoncer les abus du prêtre à la justice ?
Alors que la conférence des évêques de France se tient ce week-end à Lourdes, l'association lyonnaise, La Parole libérée, qui a refusé d'y participé, doute de la volonté de l'Eglise catholique française de tout mettre en oeuvre pour éradique la pédophilie de ses rangs. La mise à l'écart du père Vignon il y a quelques jours est perçue comme un signal terrible. 
Le père Pierre Vignon, en septembre 2018, à Saint-Martin-en-Vercors © Tim Douet
L'association La Parole Libérée a délivré les mots des victimes d'actes pédophiles dans le diocèse de Lyon. Mais aussi ceux d'un prêtre niché dans les hauteurs du Vercors. Dans une lettre ouverte, Pierre Vignon a exhorté le cardinal Barbarin à démissionner et à prendre acte de ses erreurs. Rencontre avec ce religieux du maquis nommé juge au tribunal ecclésiastique de Lyon, résistant contre la racine des abus : le cléricalisme.
eglise
Un groupe de personnalités demande la création d’une enquête parlementaire pour faire le jour sur les abus sexuels dans l’Eglise en France. Parmi eux, les fondateurs de l’association lyonnaise de victimes La Parole libérée, et le père Vignon, qui a récemment lancé une pétition pour demander la démission du cardinal et archevêque de Lyon, Philippe Barbarin. 
De retour de Dublin où il a demandé pardon aux fidèles pour les crimes et abus de l’Église catholique, le pape François a réagi à la pétition demandant la démission du cardinal Barbarin, accusé d'avoir gardé sous silences des faits de pédophilies commis dans son diocèse. 
Cardinal Philippe Barbarin
Le cardinal Barbarin, qui a tu les agressions sexuelles commises par plusieurs prêtres sur des jeunes mineurs, est aujourd’hui visé par une pétition qui l’incite à quitter ses fonctions de cardinal et d’archevêque de Lyon.
élèves école primaire
L’affaire remonte à 2016. Un directeur d’une école de Villefontaine agressait sexuellement les élèves lors « d’ateliers du goût », où il leur imposait des fellations. Une soixantaine d’enfants avait été victime du directeur. Une dizaine d’autres sont aujourd’hui ajoutées à la liste selon Le Progrès.

Posts navigation

1 2 3 4 5 8 9 10