Pas d'image
Tout ce que le monde compte de meilleur en matière de gastronomie et de savoir-faire culinaire se presse actuellement à Lyon à l'occasion du Sirha. The place to be pour les virtuoses de la poche à douille, les maestros de la chantilly et les génies du déglaçage-flambage-dressage. Avec la crème de la crème des chefs, c'est une pluie d'étoiles qui s'abat sur la ville.
Capture d’écran 2013-01-16 à 11.17.46
DECRYPTAGE - La Cité de la gastronomie n’est pas lyonnaise. Si la nouvelle a déçu beaucoup de Lyonnais, elle n’a surpris aucun acteur du dossier. Entre retard à l’allumage, manque d’ambition politique et approximations dans le projet, l’échec semblait inévitable. Chronique d’un fiasco annoncé.
Pas d'image
Alors que la décision sur le choix de la ville hôte devait être rendue ce vendredi 11 janvier, plusieurs sources ont fait savoir que le suspens pourrait encore durer. Et pour cause, ce ne sont pas une, mais plusieurs (demi-)Cités de la gastronomie qui pourraient voir le jour... avec, ou sans Lyon.
Pas d'image
La fin de la compétition approche. Le 11 janvier, le nom de la ville hôte de la Cité de la gastronomie devrait être connu. Après avoir entendu tous les candidats depuis des semaines, la Commission de la Mission française du Patrimoine et des Cultures alimentaires rendra enfin son verdict. Qui de Rungis, Tours, Beaune, Dijon ou Lyon obtiendra le label pour accueillir ce temple dédié à l’art du bien-manger ? Jusqu’à la proclamation du résultat final, Lyon Capitale revient sur la candidature lyonnaise, détaille ses points forts et décrypte les dossiers concurrents.
Pas d'image
Elle ne s'y attendait pas. C'est pourtant bien Sonia Bompastor, capitaine de l'OL Féminin, qui a été désignée Lyonnais de l'année par les internautes de Lyon Capitale. Entretien.
Pas d'image
Plusieurs milliers d’internautes se sont mobilisés sur le site Lyoncapitale.fr pour élire leur Lyonnais de l’année. Après plusieurs semaines de vote, Sonia Bompastor, joueuse de l’Olympique lyonnais féminin, remporte le titre. Elle devance l’humoriste Florence Foresti et le mathématicien Cédric Villani qui complètent un podium plutôt éclectique.
Pas d'image
Paul Bocuse vient de transformer le domaine de Fond Rose, à Caluire, pour en faire une brasserie haut de gamme. En résumé : L'Ouest en plus intimiste. Rien à redire.
Lundi soir, Gérard Collomb dévoilait officiellement le projet lyonnais de la Cité de la gastronomie. La Cité doit s'implanter dans l'Hôtel-Dieu sur 15 000 m2. Le montage financier du projet présenté comme cohérent et prudent s'élève à 18 millions d'euros. La Cité de la gastronomie devrait comprendre un musée, des expositions, un centre de conférence, de formation, des cours de cuisine, un jardin, des boutiques et des restaurants.
Pas d'image
Le Champérard est sorti mercredi 10 octobre. Avant même sa sortie, le guide gastronomique, créé à Lyon en 1981, a créé le buzz en congédiant de grands noms tels que Guérard, Troisgros, Anton (par ailleurs jury de MasterChef) ou Blanc. Rien que ça. Histoires d'ego, rancœurs personnelles ou tout simplement assiettes décevantes ? Le Croix-Roussien Marc de Champérard revient sur la “polémique”. Et tout le monde en prend pour son grade. Qu'on se le dise, la Croix-Rousse demeure bel et bien rebelle...
Facebook Cité gastro
Dès le mois d'août, Lyon Capitale s’étonnait que rares fussent les Lyonnais, y compris les chefs et les élus, à être au courant de la candidature de la ville pour accueillir la Cité de la gastronomie. L’appel a été entendu, les Lyonnais se mobilisent : les uns ouvrent un compte Facebook, les autres mettent des affiches sur leur vitrine, et quasiment tout ce que la ville compte de chefs donne de la voix. Lyon Capitale-le mensuel revient sur le “patinage” de départ, toutes les raisons qu’a Lyon de gagner et dévoile le projet qui sera présenté au jury ce lundi 15 octobre.

Posts navigation

1 2 3 6 7 8 9 10 11