Une Our Body
La Cour de Cassation vient de confirmer l'interdiction de l'exposition "Our Body", qui avait été présentée à Lyon pour la première fois en France en mai 2008.
Pour la justice, l'exposition " Our Body, à corps ouverts "lien porte atteinte à la dignité humaine et doit donc être fermée. Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a donné 24 heures à la société Encore Events, organisatrice de l'événement qui faisait polémique depuis sa venue à Lyon, de suspendre l'exposition.
L'exposition " Our Body, à corps ouverts " sur laquelle Rue89 avait fait une enquête (lire aussi : l'enquête de Lyon Capitale) pourrait être interdite.
Pas d'image
Verbatim. Suite à la polémique, le comité national d'éthique a finalement rendu public son avis sur l'exposition Our body.
Pas d'image
"Un lucratif trafic de cadavres spectacularisé" "Le caractère colonial de l'exposition devrait n'échapper à personne : il s'agit d'un zoo humain cadavérique.
Avec ses vrais cadavres, Our Body fait sensation à la Sucrière.
Evénement artistique, scientifique ou simple provocation lucrative ? Et l'homme dans tout cela ?Cette exposition est avant tout un coup marketing de maître.
Pas d'image
Entretien. Directeur du futur musée des Confluences, qui sera un peu la Villette des sciences sociales, le québécois Michel Côté n'est pas choqué a priori par l'exposition Our Body, qu'il a déjà vue à Montréal.
Monde culturel : "Ce n'est pas de l'art" Les responsables d'institutions culturelles que nous avons contactés ont souvent préféré ne pas s'exprimer sur une exposition qu'ils n'ont pas vue.
Vous vous voyez, vous, une fois mort, exposé aux quatre coins du globe, complètement nu, en train de jouer au tennis ? Avec même pas la peau sur les os pour cacher l'intimité de vos entrailles ? Cette peau qui "voile l'horreur de la chair" comme la qualifie le psychanalyste Christian Cheverondier.

Posts navigation

1 2