En juillet, le festival du péristyle nous en fait voir de toutes les couleurs à l'opéra ! Les nuits de Fourvière et le retours des Jeudis des musiques du monde au jardin des Chartreux complètent la programmation musicale de l'été à Lyon. 
Barbe-Bleue, opéra d’Offenbach – Mise en scène Laurent Pelly (à gauche sur cette photo de répétition) © Rémi Blasquez
L’Opéra de Lyon clôture souvent sa saison par une œuvre légère ou plus populaire. Cette année, c’est même une farce, tirant sur la pantalonnade, que l’on pourra aussi découvrir gratuitement en plein air le 29 juin.
Les Plutériens – Mise en scène Guillaume Bailliart (photo de répétition)
Entre jazz contemporain et science-fiction, les Nuits de Fourvière proposent cette semaine une création inclassable et déjantée : Les Plutériens.
L’opéra de Lyon et l’une de ses muses © Tim Douet
Un premier processus de recrutement, en mai, n’a pas désigné de successeur à Serge Dorny pour la direction de l’Opéra de Lyon. La vice-présidente métropolitaine à la culture, Myriam Picot, membre du jury de sélection à ce titre, l’explique par la volonté de ne “pas se précipiter” afin de dénicher “la perle rare”.
Anthologie du cauchemar, par le Système Castafiore © Karl Biscuit
Nous finissons cette année de spectacles en beauté avec une magnifique fantasmagorie aux Célestins, une facétie musicale à l’opéra et un portrait de femme déterminée qu’on ne peut oublier à la Maison des passages. Que cette beauté vous accompagne tout l’été.
Lessons in Love and Violence – Mise en scène Katie Mitchell © Stofleth
Attention, création ! Mais qui dit contemporain ne dit pas forcément musique opaque : la preuve avec ce drame shakespearien composé par George Benjamin.
Les Enfants du Levant, avec les enfants de la maîtrise de l’opéra de Lyon – Mise en scène Pauline Laidet © Stofleth
Fruit d’un partenariat avec le théâtre de la Renaissance, “Les Enfants du Levant” est une nouvelle production de l’Opéra de Lyon interprétée par des enfants et à destination… de tous dès 8 ans.
Lyon, 1892. La jeune Eugénie cherche la trace de la statue d’Uranie, la neuvième muse, la seule qui manque au fronton de l’opéra de Lyon. Une BD de Marie Avril et Grégoire Dieu parue dans Lyon Capitale en décembre (n°783).
Le Retour d’Ulysse, opéra de Monteverdi – Mise en scène William Kentridge, avec la Handspring Puppet Company © ICK HEO
Les retrouvailles d’Ulysse et Pénélope chantées par Monteverdi et jouées par la Handspring Puppet Company. Un opéra baroque avec marionnettes à découvrir à la Maison de la danse.
L’Enchanteresse, de Tchaïkovski – Mise en scène Andriy Zholdak © Stofleth
Trois opéras sinon rien. C’est la devise imposée par Serge Dorny dans le cadre du “festival d’opéras” annuel. Pour l’édition 2019 il nous a destiné l’Enchanteresse de Tchaïkovski, Didon et Énée de Purcell et le Retour d’Ulysse de Monteverdi. Première ce vendredi, puis alternance des trois œuvres.

Posts navigation

1 2 3 4 22 23 24