Patrice Verchère et Philippe Cochet
Avec la victoire de Benoît Hamon, le PS aurait pu exploser en deux au profit d’Emmanuel Macron, qui se tenait prêt à accueillir les socialistes déçus. Au final, l’exode a été marginal. Du moins pour le moment.
Pas d'image
Plusieurs élus PS de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui avaient soutenu Valls à la primaire de la gauche ont apporté leur soutien officiel à Benoît Hamon. Parmi eux, Olivier Bianchi, le maire de Clermont-Ferrand, Jean-Paul Bret, celui de Villeurbanne, et Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse et président du groupe socialiste au conseil régional.
Pas d'image
Au lendemain de la primaire socialiste, Pascale Crozon, députée sortante, et Didier Vuillerme, secrétaire de section, ont tenu à faire savoir que le PS villeurbannais, à trois exceptions près, se rangeaient derrière Benoît Hamon. Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, appelle elle aussi au rassemblement.
Pas d'image
Les résultats sont sans appel dans le Rhône. Benoît Hamon (61,83%) devance très largement Manuel Valls (38,17%). Si la victoire des urnes est nette dans le département, Benoît Hamon ne fait pas l'unanimité chez les cadres du PS qui soutiennent Emmanuel Macron et chez ceux qui soutenaient Manuel Valls.
Pas d'image
La ministre de l'Éducation nationale, ex-adjointe au maire de Lyon, soutient Manuel Valls pour ce premier tour de la primaire.
Emmanuel Macron Collomb Kimelfeld juin 2016
Pour le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, et le député-maire de Feyzin, Yves Blein, le soutien affiché de David Kimelfeld à la candidature d’Emmanuel Macron aux élections présidentielles est incompatible avec sa fonction de président de la fédération PS du Rhône. Ils l'invitent à la démission.
François Hollande
Alors que François Hollande a annoncé ce jeudi qu’il renonçait à briguer un second mandat, de nombreux élus lyonnais et de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont exprimés depuis hier. Florilège des réactions à gauche et à droite.
Pas d'image
Jean-Paul Bret, maire PS de Villeurbanne, était l’invité, lundi, de L’Autre Direct. Il explique les raisons qui l’ont poussé à se déclarer favorable à l’accueil de migrants dans sa commune. Et tacle au passage les élus Les Républicains qu’il accuse d’hystériser la société.
Jean-Paul Bret (PS)
Le maire PS de Villeurbanne a réagi aux déclarations de Laurent Wauquiez qui refuse d’accueillir 1 784 migrants de Calais dans la région. Selon Jean-Paul Bret, cette prise de position “incite les maires ruraux à se révolter, renvoie l’effort sur les maires des “villes de gauche” et politise un débat qui a d’abord besoin de responsabilité”.
Pas d'image
Ce mercredi, Jean-Paul Bret, longtemps opposé à l’armement de la police municipale, a annoncé qu’il allait finalement armer les policiers villeurbannais.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 19 20 21