Gérard Collomb, David Kimelfeld et Emmanuel Macron © Tim Douet
En démissionnant du ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a choisi Lyon au détriment d’Emmanuel Macron. Ce choix a surtout été guidé par des contingences locales, notamment la peur de voir son pouvoir lyonnais s’effondrer à grande vitesse en son absence.
Pas d'image
Jean-Marie Girier, le chef de cabinet de Gérard Collomb, va rejoindre Richard Ferrand au perchoir de l’Assemblée nationale alors que le ministre de l’Intérieur a annoncé en début de semaine son intention de revenir à Lyon en 2019.
Michel Delpuech (alors préfet du Rhône), avec Gérard Collomb et Jean-Marie Girier, à Lyon, en novembre 2015 © Tim Douet
Auditionné par la commission d’enquête parlementaire, Gérard Collomb a déclaré qu’il ne savait rien (ou presque) de l’affaire Benalla – quitte à renvoyer la balle à l’Élysée et à la préfecture. Alors que Michel Delpuech, le préfet de police de Paris, a assumé (notamment l’octroi d’un permis de port d’arme) mais dénoncé “des dérives inacceptables sur fond de copinage malsain”.
Alexandre Benalla / Jean-Marie Girier © Tim Douet (montage)
Dans un courriel faisant partie des MacronLeaks, Jean-Marie Girier, chef de cabinet et proche historique de Gérard Collomb à Lyon, a écrit à Alexandre Benalla pour lui refuser un “achat d’armements”.