La Région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de supprimer la question de la subvention d’un million d’euros attribuées pour les réparations du château d’un particulier. Un "premier pas" pour les élus socialistes, qui promettent de rester vigilants sur cette affaire.
Le président du groupe Socialiste & Démocrate de la Région Auvergne-Rhône-Alpes conteste le versement d'une subvention d'1 million d'euro à une personne privée, "sous couvert de financer une association de défense du patrimoine". 
Laurent Wauquiez 10.16 région 2
Les groupes d'opposition de gauche à l'origine de la requête ayant abouti à l'annulation du budget 2017 du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes se félicitent de cette décision du tribunal administratif de Lyon, et assurent qu'ils resteront vigilants à l'avenir.
La préfecture de l'Ain a fait le point sur la situation à Bourg-en-Bresse après des moments de tensions entre manifestants et force de l'ordre ce 8 décembre.
Jean-François Debat (PS) © Tim Douet
Ce matin les conseillers régionaux socialistes et démocrates se retrouvaient pour évoquer ensemble l’avenir de la gauche à la région.
Jean-François Debat (PS) / Nathalie Perrin-Gilbert / Pierre Hémon (EELV) © Tim Douet
De l’intérieur (Pascal Blache, David Kimelfeld) ou de l’extérieur (Nathalie Perrin-Gilbert), Gérard Collomb est menacé comme jamais, à dix-huit mois des élections municipale et métropolitaine. Son retour a cristallisé les mécontentements et relègue au second plan les inimitiés qui ont jusqu’à présent paralysé une union des gauches.
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil métropolitain, en mai 2017 © Tim Douet
En 2020, les conseillers métropolitains seront élus au suffrage universel direct. Une première historique qui tranche avec les accords de couloir sur lesquels ont reposé les élections de Gérard Collomb puis David Kimelfeld. Ce nouveau scrutin, Collomb l’a façonné tout seul à la création de la métropole : d’une prime majoritaire à une carte électorale qui semble taillée sur mesure pour La République En Marche.
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
Courtisé à gauche, coincé au quotidien dans la tenaille des Collomb, David Kimelfeld a décidé de se donner du temps et de garder toutes les options ouvertes tant que le ministre de l’Intérieur n’est pas de retour physiquement à Lyon. Cet entre-deux constitue sa seule chance d’exister dans un paysage politique sur lequel il n’a pas trouvé de prise.
L'hôtel de la région Rhône-Alpes
Le compte administratif 2017 présenté par Laurent Wauquiez lors de l’Assemblée plénière laisse penser qu’Auvergne-Rhône-Alpes serait bel et bien la région la mieux gérée de France, alors que les élus du groupe Socialiste & Démocrate avancent des chiffres radicalement différents.
Jean-François Debat (PS) © Tim Douet
LREM prépare minutieusement les municipales 2020. Objectif : remplacer les socialistes dans toutes les grandes villes. À Lyon, berceau de la macronie, le PS détourne les yeux des préparatifs de cette 2e phase de l’OPA En Marche. De l’extérieur, le patron régional des socialistes, Jean-François Debat, qui mise sur Kimelfeld, tente de sortir le PS local de son apathie.

Posts navigation

1 2 3 4 5