L’immeuble lyonnais de Bayer à la Confluence © Tim Douet
Jean-Pierre Clamadieu chez Solvay et Pierre Courduroux chez Monsanto sont deux poids lourds du puissant lobby de la chimie.
Michèle Rivasi © Tim Douet
Michèle Rivasi est députée Europe Écologie-Les Verts au Parlement européen. Membre de la commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire (Envi), elle est régulièrement confrontée aux représentants de divers groupes de pression.
Le député du Rhône Bruno Bonnell, à l'Assemblée nationale, le 27 juin 2017 © Tim Douet
Plus encadrés, les groupes de pression se sont réorganisés. Les cadeaux ou avantages en nature ont été remplacés par des méthodes plus pernicieuses, dont l’objectif est de créer une proximité, pariant sur le long terme.
Agriculteur traitant un champ aux pesticides – région de Lille, 2016 © Denis Charlet / AFP
La commission d'enquête spéciale du parlement européen chargée d'enquêter sur les modalités d'autorisation des pesticides en Europe débarque à Lyon, au Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC), pour évaluer comment Monsanto a exercé des pressions sur les chercheurs.
Agriculteur traitant un champ aux pesticides – région de Lille, 2016 © Denis Charlet / AFP
ARCHIVE – En 2012, avec 60 000 tonnes de pesticides vendues, la France était le 3e consommateur mondial de produits phytosanitaires. Pour savoir à quel point nous sommes exposés aux pesticides dans notre quotidien, Lyon Capitale avait confié à un laboratoire alsacien des mèches de cheveux de huit habitants de la région lyonnaise, d’âges et de profils variés. Résultats des tests.
Le géant de l’agrochimie Monsanto, récemment racheté par le groupe européen Bayer, a été condamné à verser 289 millions de dollars à un jardinier américain atteint d’un cancer. A Lyon et à Vienne, des plaignants réclament justice face à la firme américaine.
Après avoir découvert du glyphosate dans leur miel, des apiculteurs ont porté plainte début juin contre Bayer. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête préliminaire pour “administration de substances nuisibles”.
Les jours derniers étaient discutés plusieurs amendements au projet de loi "pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable" dont ceux sur l’interdiction du glyphosate, du nutri-score et de l’interdiction des publicités promotionnelles de produits trop sucrés, trop salés ou trop gras.