Georges Képénékian, au meeting d’entrée en campagne de David Kimelfeld, le 16 octobre 2019 à Lyon © Antoine Merlet
Georges Képénékian a donné le coup d’envoi de sa campagne des municipales lyonnaises ce jeudi en présentant les grands axes de son futur programme. L’ancien maire de Lyon a rappelé sa détermination et pointé, en creux, ses différences avec Gérard Collomb.
Une halle culturelle, une salle de plus de 500 places, un restaurant panoramique. Le projet de la future salle Rameau a été dévoilé ce vendredi par Gérard Collomb, le maire de Lyon. Cet “Olympia à la Lyonnaise”, comme l’a décrit le porteur du projet, s'annonce déjà emblématique dans le bas des pentes et qui suscite quelques questions sur son incorporation au tissu culturel et musical lyonnais.
Nathalie Perrin-Gilbert, à l’hôtel de ville de Lyon – novembre 2018 © Tim Douet
Gérard Collomb a fait l’impasse, comme depuis quatre ans, sur les vœux du 1er arrondissement. Un choix qui lui a permis de s’éviter une charge sévère contre son modèle lyonnais. Sur l’estrade, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire de l’arrondissement, s’en est surtout servie pour présenter son contre-modèle : plus participatif, moins porté sur le béton et le marketing territorial.
Gérard Collomb avait fait savoir qu'il reviendrait à Lyon en fin d'après-midi. Sur le quai de la gare, il a eu droit à un accueil plus médiatique que populaire. Seule une poignée de fidèles l'ont accompagné à sa descente du train.
Ce mercredi, Georges Képénékian, maire de Lyon démissionnaire, s'est adressé à la presse depuis l'hôtel de ville. Selon lui, "l'idée d'une démission de Gérard Collomb s'est accélérée depuis la rentrée".
voeu des échevins
C'est sous les huées d'une poignée de militants d'associations pour le respect de la laïcité que le cardinal Barbarin est entré dans la basilique de Fourvière ce samedi 8 septembre.
Georges Képénékian
Le maire de Lyon a été décoré ce vendredi soir dans les salons de l'hôtel de ville en présence de Gérard Collomb

Posts navigation

1 2 3 4 9 10 11