FSE
Des élections étudiantes avaient lieu cette semaine à Lyon 2 et Lyon 3. De nombreux incidents ont été signalés, sur le campus de Bron, à la Manufacture des Tabacs et quai Claude-Bernard. L'université Lyon 2 a identifié six individus "qui incarnent la violence et qui empêchent l'expression démocratique". La semaine se termine avec plusieurs dépôts de plainte et plusieurs hospitalisations.
IMG_6941
Après les échauffourées de mardi matin à l'université Lyon 2 - le président André Tiran s'est fait "violemment bousculer" par deux étudiants -, le ton semble être monté d'un cran entre le noyau dur des grévistes (notamment la FSE) et la présidence de l'université. Aujourd'hui, les réactions de soutien au président de Lyon 2 se sont multipliées.
Pas d'image
400 à 500 personnes ont défilé ce jeudi contre la réforme des retraites. Une pré-chauffe en somme avant la journée de samedi, orchestrée par des organisations "radicales".
Samedi après-midi, plus de 2000 personnes ont défilé à Lyon de la place Bellecour aux Cordeliers “contre l’extrême droite et la haine”. Un succès pour les organisateurs*, malgré la quarantaine d’individus venus provoquer la manifestation.
Samedi après-midi, plus de 2000 personnes ont défilé à Lyon de la place Bellecour aux Cordeliers “contre l’extrême droite et la haine”. Un succès pour les organisateurs, malgré la quarantaine d’individus venus provoquer la manifestation.
Pas d'image
Ce samedi, une trentaine d’organisations appelle à défiler contre l’extrême droite. Une telle manifestation n’avait pas été organisée depuis le 1er mai 2002 alors que Jean-Marie Le Pen était au deuxième tour des présidentielles. Signe de l’inquiétude qui règne.
Le sort des deux étudiants de Lyon 2, par ailleurs militants actifs au sein de la FSE*, interpellés à la suite du saccage du vote à bulletin secret organisé par la présidence de l'université le 28 avril, ne sera connu que le 1er juillet, date du rendu de jugement.
Interpellés et placés en garde à vue à la suite de la tentative de sabotage du vote sur le blocage organisé par la présidence de Lyon 2, deux étudiants syndicalistes " pro-blocage " étaient présentés en comparution immédiate, ce jeudi.
Pas d'image
Différentes organisations de gauche et d'extrême-gauche* avaient prévu de se rassembler samedi 20 septembre pour demander le retrait des troupes française et de l'OTAN d'Afghanistan.
Des cloisons cassées, du matériel dérobé, voilà ce qu'ont constaté des étudiants "bloqueurs" de Lyon 2, ce vendredi matin.

Posts navigation

1 2