L'association La Parole libérée a réussi son crowdfunding en atteignant la somme de 35 000 euros qu'elle souhaitait lever pour embaucher un premier salarié afin de créer un véritable recensement des victimes de pédophilie. 
Le père Yves Baumgarten, François Devaux de l’association La Parole Libérée et le réalisateur Francois Ozon, après la projection de “Grâce à Dieu”, le 6 avril 2019, au cinéma Bellecombe (Lyon 6e) © Jeff Pachoud / AFP
Le projet de financement participatif lancé par La Parole libérée pour créer des statistiques sur la pédophilie en France se termine ce lundi. Il manque encore 8 000 euros à l’association, qui critique le manque de soutien du gouvernement à son projet.
Ce samedi, au cinéma Bellecombe (Lyon 6e), le prêtre Yves Baumgarten, remplaçant provisoire du cardinal Barbarin à la tête du diocèse de Lyon, a débattu avec François Devaux, le président de l’association « La parole libérée », avec des victimes de pédophilie, des catholiques.