roms_0011
113 occupants du camp de Roms de La Boutasse à Bron ont été expulsés jeudi 16 avril au matin. Il s'agit de la troisième expulsion en une semaine.
Pas d'image
En fin de semaine dernière, 43 personnes ont été expulsées de leurs logements de fortune, sur les berges du Rhône, cours d'Herbouville (Lyon 4e).
Pas d'image
Sur décision préfectorale, des occupants ont été évacués d’un immeuble rue Cazeneuve, hier vers 17h. Les expulsés souhaitaient défendre le droit au logement, et avaient participé à la manifestation de samedi 15 novembre.
Tract manifestation logement pour tous
Plusieurs associations, dont la Ligue des droits de l'homme, la coordination régionale de soutien aux sans-papiers et RESF ont rappelé que des centaines de logements restaient vides dans l'agglomération lyonnaise et demandé des réquisitions et des occupations.
avion
Réfugié en France depuis plus d’un an, un homme de 24 ans va être renvoyé au Kosovo ce matin, pays qu’il avait fui, se disant persécuté en raison de son orientation sexuelle.
Roms Vaise 1062 Tim
Pour cause d'insécurité, le préfet délégué à la défense et à la sécurité, a décidé d'expulser le camp de Roms situé derrière l'hôpital femme-mère-enfant (HFME), près du périphérique, à Bron. 120 personnes se retrouvent ainsi à la rue, elles sont regroupées devant l'hôtel-de-ville depuis ce matin, "la police nationale va intervenir" nous dit-on à la mairie. Le camp lui est bouclé. Il sera détruit dans la journée. (article actualisé le 12 août à 11h30)
Capture d’écran 2014-06-30 à 12.12.28
Entre 100 et 300 personnes vivent depuis sept mois à l'angle du boulevard Yves Farge et de la rue Pré Gaudry à Lyon 7e. Elles seront remises à la rue ces prochains jours.
Pas d'image
Jurgen Hasani, Albanais de 19 ans, vient d'essuyer un refus de régularisation. Ses camarades, ses professeurs et des associations organisent un rassemblement à 17h30 devant son établissement, le lycée Marcel-Sembat à Vénissieux.
Pas d'image
Après le début de l'évacuation du camp d'opposants ce mardi matin, un homme continuait sa résistance mardi après-midi dans un arbre. Jérôme Sturla, le maire de Décines confirme que l'arrivée de Roms dernièrement dans le camp a "provoqué un émoi supplémentaire du côté des riverains".
Pas d'image
Ouverts dans le cadre du plan froid, les centres d'hébergements pour sans-abri devaient fermer avant jeudi 27 juin midi. Cinquante personnes du village de bungalows de Décines ont décidé de rester.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6