conseil municipal
Sans surprise, le conseil municipal de Lyon a adopté, lundi soir, un budget stable de 717 millions d'euros pour l'année 2012, en hausse de 24 millions par rapport à 2011. Les trois groupes d'opposition (UMP-NC, Lyon-divers-droite et le centre droit) ont voté contre. Richard Brumm, l'adjoint aux finances, a dû se justifier quant au prêt toxique contracté par la Ville de Lyon. Récit. (Actualisé le 21 décembre)
Dans "l'Invité du Jour", Emmanuelle Sautot reçoit Thierry Philip président du groupe socialiste au Conseil Général du Rhône. Il revient sur les prêts toxiques contractés par le département du Rhône et prévoit un surcoût de 400 millions d'euros dans les années à venir.
Thierry philip©TD
Thierry Philip, président du groupe socialiste au département du Rhône, a rendu public un rapport sur les prêts toxiques de sa collectivité. Le Rhône serait l'un des départements les plus touchés de l'hexagone. D'après les socialistes : 400 millions de surcoût seraient à prévoir dans les années à venir. Un chiffre révélé par Lyon Capitale lundi. De son côté, la majorité présente un bilan plus positif.
Pas d'image
EXCLUSIF- Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, annonce une facture de 30 millions d'euros de surcoût liés aux prêts toxiques. Le groupe socialiste va beaucoup plus loin et affirme qu'il faudra débourser 370 millions d'euros supplémentaires.Lire aussi : Prêts toxiques : 100 millions d’euros engloutis au conseil général ?
prets_toxiques
AFFAIRE DEXIA. Le conseil général du Rhône, présidé par Michel Mercier, est l’un des plus “infectés” de France par les prêts toxiques. À hauteur de 396 millions d’euros. Le surcoût, selon le PS, pourrait atteindre 100 millions d’euros… soit la moitié du coût du musée des Confluences (220 millions annoncés). La note pourrait être d’autant plus salée pour les contribuables que dans la région beaucoup d’autres collectivités sont touchées. Lesquelles ? Comment vont-elles payer les surcoûts ? Quelles sont les solutions ?Lire aussi : François-Noël Buffet répond à Lyon Capitale / Droit de réponse de Max Vincent
Thierry philip©TD
3 questions à Thierry Philip, président du groupe d’opposition (PS) au conseil général du Rhône
Claude Bartolone
ENTRETIEN- Claude Bartolone (PS) préside le conseil général de Seine-Saint-Denis et la commission parlementaire sur les produits financiers toxiques. Il est également à la tête de l’association Acteurs publics contre les emprunts toxiques.
Pas d'image
Focus. Ces deux municipalités rhônalpines subissent déjà les surcoûts engendrés par les produits toxiques. Les notes sont salées : 500 000 euros pour Megève, 800 000 euros pour Unieux.
Pas d'image
Droit de réponse - Max Vincent, conseiller général, rapporteur du budget départemental tient à réagir après la publication du dossier sur les prêts toxiques réalisé, en novembre, par Lyon Capitale.
Pas d'image
Droit de réponse - François-Noël Buffet, sénateur-maire d'Oullins, s'explique concernant la situation de sa commune.

Posts navigation

1 2 3