Pas d'image
"Ce n'est pas dans ce Gouvernement que l'on trouvera des avocats d'affaires qui soient en même temps députés", s'est exclamé le ministre de l'économie Pierre Moscovici à l'assemblée. Bien imprudemment.
Pas d'image
Si, dans ces colonnes, il m’est arrivé de faire preuve d’une grande sévérité à l’égard de Jean-Luc Mélenchon et de ses excès populistes, je ne peux que saluer les propos du coprésident du Parti de Gauche, qui a dénoncé ce matin sur France Info un "système qui révèle sa pourriture intrinsèque", avec à sa tête "une oligarchie (qui) s'est constituée de tout-puissants seigneurs et de leurs affidés dans le monde politique et médiatique".
NVB
Dans cette affaire d’État où décidément beaucoup de monde ment, soit par spirale, soit par omission, le président de la République a tenté de reprendre l’initiative et s’est exprimé dans une allocution télévisée. Puis il a annoncé trois mesures. Ou plutôt trois mesurettes. Jusqu’à ce qu’apparaisse, contre toute attente, un proche du Front national.
Pas d'image
Au plus bas dans les sondages, François Hollande était l'invité du JT de France 2, ce jeudi 28 mars. Interrogé par un David Pujadas assez pugnace, le chef de l'Etat a tenté d’expliquer la politique menée par son gouvernement. Les Français resteront sans doute sur leur faim, tant les mesures annoncées – et pour l’essentiel déjà prises – ne sont pas à la hauteur des enjeux, tant le président de la République est apparu impuissant.
Pas d'image
Le juge Jean-Michel Gentil, qui a mis en examen Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse dans un des volets de l’affaire Bettencourt, a reçu hier un courrier contenant des menaces de mort et des cartouches à blanc. Est-ce grave ? Oui. Était-ce prévisible ? Évidemment.
Collomb
Pierre Avril, Olivier Beaud et Laurent Bouvet, professeurs de droit ou de sciences politiques, ainsi que l'historien et politologue Patrick Weil, viennent d’écrire à François Hollande et aux présidents de l'Assemblée, Claude Bartolone, et du Sénat, Jean-Pierre Bel, pour les mettre en garde contre les méfaits, selon eux, de l'interdiction du cumul des mandats pour les parlementaires, nuisible à leurs yeux à "l'équilibre des pouvoirs". Défendre de telles idées est de mon point de vue, au contraire, un total dévoiement du rôle des parlementaires en même temps qu’un encouragement indirect à la corruption.
Cahuzac Sarkozy
Pour les hommes politiques, la justice est une autorité indépendante dans laquelle on peut avoir confiance, sauf quand un magistrat met une personnalité de leur camp en examen. Aussitôt, les mots scandale et déshonneur fusent, le ton se veut courroucé et les thèses du complot se mettent à fleurir.
Baby©dr
À l’occasion d’un édito intitulé Du mariage au mirage pour tous : en route vers la fabrique d’enfants adoptables, j’ai reçu quelques (rares) protestations, parce que j’ai utilisé le terme “eugénisme”. “Naturellement, la dérive sur l’eugénisme finit de disqualifier l’auteur”, écrit ainsi un internaute sur notre site. Quoi ? Cette gauche sociale-démocrate si timorée se rendrait coupable d’une telle horreur, en France, en 2013 ? Je souhaite ici préciser encore mon propos, ne serait-ce que pour démontrer que les mots ont un sens.
Pas d'image
Loin des slogans superficiels et des controverses militantes qui empêchent de voir l’essentiel (ici ou ), essayons de nous arrêter quelques instants sur les conséquences du projet de loi Taubira. Car, sous couvert de mariage entre personnes du même sexe et d’égalité des droits, il s’agit surtout d’aboutir à une fabrique à grande échelle d’enfants adoptables, comme nous l’écrivions déjà il y a quelques mois ici...
Najat Décines © Tim
Alors que, dans l’émission Dimanche+, Anne-Sophie Lapix abordait hier sur Canal+ la question des deux projets de loi gouvernementaux pour lutter contre “un phénomène qui concerne des familles musulmanes”, le “mariage forcé”, Najat Vallaud-Belkacem la reprend de volée : “Alors, d’abord, ça ne concerne pas que les sociétés musulmanes, vous voyez. C’est aussi de ce point […]

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7 8 9 13 14 15