Pas d'image
Édito – Imaginez un monde où vous pouvez acheter un livre, mais n'avez pas le droit de l'ouvrir ailleurs que chez vous. Avant de pouvoir le dévorer, il faut montrer patte blanche à plusieurs reprises, prouver qu'il s'agit bien d'un vrai. Pour tourner chaque page, il est obligatoire de rester à un endroit précis dans votre salon. Si l'ouvrage remarque que quelqu'un lit par-dessus votre épaule, il se ferme tout seul. Parfois, la fin n'est même pas au rendez-vous : il faut payer pour l'avoir. Attention, vous n'avez pas le droit de le prêter à un ami et surtout, au fond, il ne vous appartient pas. Ce monde choquant existe déjà : c'est celui du jeu vidéo.
Pas d'image
Dans un premier ouvrage paru en 2003, le journaliste Dominique Labarrière avait déjà remis en cause la thèse du suicide officiellement avancée pour expliquer la mort de Pierre Bérégovoy, le 1er mai 1993 à Nevers.
Pas d'image
Le grand déballage, c’est aujourd’hui. Alors que les ministres ont jusqu’à 17 heures pour dévoiler leur patrimoine, Michèle Delaunay a préféré devancer l’appel.
Pas d'image
Toutes les lois du monde, déclarations sur l’honneur et hautes autorités en tout genre, n’empêcheront pas, a priori, le mensonge et la fraude.
Pas d'image
À son tour en pleine tempête, avec les suites de l’affaire Cahuzac, Pierre Moscovici choisit de dévoiler son "phare", dans ce qui ressemble à une opération diversion, sinon séduction.
Pas d'image
Pour lutter contre les conflits d’intérêts, il est question de demander aux avocats “d’affaires” élus députés ou nommés ministres de renoncer à leur métier pendant la durée de leur mandat.
Pas d'image
"Ce n'est pas dans ce Gouvernement que l'on trouvera des avocats d'affaires qui soient en même temps députés", s'est exclamé le ministre de l'économie Pierre Moscovici à l'assemblée. Bien imprudemment.
Pas d'image
Si, dans ces colonnes, il m’est arrivé de faire preuve d’une grande sévérité à l’égard de Jean-Luc Mélenchon et de ses excès populistes, je ne peux que saluer les propos du coprésident du Parti de Gauche, qui a dénoncé ce matin sur France Info un "système qui révèle sa pourriture intrinsèque", avec à sa tête "une oligarchie (qui) s'est constituée de tout-puissants seigneurs et de leurs affidés dans le monde politique et médiatique".
NVB
Dans cette affaire d’État où décidément beaucoup de monde ment, soit par spirale, soit par omission, le président de la République a tenté de reprendre l’initiative et s’est exprimé dans une allocution télévisée. Puis il a annoncé trois mesures. Ou plutôt trois mesurettes. Jusqu’à ce qu’apparaisse, contre toute attente, un proche du Front national.
Pas d'image
Au plus bas dans les sondages, François Hollande était l'invité du JT de France 2, ce jeudi 28 mars. Interrogé par un David Pujadas assez pugnace, le chef de l'Etat a tenté d’expliquer la politique menée par son gouvernement. Les Français resteront sans doute sur leur faim, tant les mesures annoncées – et pour l’essentiel déjà prises – ne sont pas à la hauteur des enjeux, tant le président de la République est apparu impuissant.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7 8 13 14 15