Broliquier
Dans L’Autre Direct, Denis Broliquier a confirmé sa candidature aux municipales à Lyon en 2014. Avec qui et sous quelle forme ? Le maire (UDI) du 2e arrondissement n'a pas encore pris sa décision.
Denis Broliquier © tim douet_0050
Denis Broliquier, maire UDI du 2e arrondissement de Lyon, était l’invité de L’Autre Direct, ce mardi 8 octobre à 9h à L’Institution. Il souhaite interpeller le ministre de l'Intérieur, jeudi, lors de sa visite à Lyon, sur la situation des Albanais de Perrache.
broliquier_sytral©pluquet
Le maire du 2e arrondissement dénonce la "désignation surréaliste" de Christophe Geourjon comme tête de file UDI à Lyon et pointe ses faiblesses : "aucune expérience de gestion locale, sans implantation locale, quasiment pas de représentants dans les conseils d'arrondissement, refusant la constitution d'un seul groupe UDI au Conseil Municipal de Lyon et ne voulant pas d'une liste UDI autonome".
Capture d’écran 2013-07-11 à 13.58.10
Analyse - Christophe Geourjon et Denis Broliquier se livrent une guerre sourde pour être chef de file UDI aux municipales. La décision tombera fin juillet, comme nous l'a annoncé Jean-Louis Borloo, le président national. La victoire à la primaire UMP de Michel Havard change la donne : l'idée d'une liste unique de droite au premier tour refait son chemin.
Pas d'image
L'inauguration des nouveaux aménagements de la place Bellecour hier, mercredi 10 juillet, a été l'occasion d'une querelle implicite et polie entre le maire de la ville de Lyon et le maire (UDI) du 2e arrondissement.
Pas d'image
De peur de passer pour un mauvais perdant, Georges Fenech n’a pas justifié sa défaite par une ingérence socialiste commanditée depuis l’hôtel de ville. La théorie du complot tente pourtant des élus, à droite comme à gauche. Pour eux, elle s’étend à d’autres partis et à une montée de stress des réseaux économiques liés à Gérard Collomb que le candidat Fenech avait promis de faire “exploser”.
Pas d'image
Denis Broliquier est candidat pour conduire une liste UDI en 2014. Une liste légitimée selon lui par "la participation relative" à la primaire UMP.
havard
Les comptes administratifs 2012 ont été validés lundi 13 mai à l’occasion du conseil municipal. L’opposition en a néanmoins profité pour exprimer son désaccord avec les orientations budgétaire du maire.
LC 719 p. 12-13
Fin 2012, la droite lyonnaise semblait avoir renoncé à en organiser, faute de candidats. “À quoi bon, si Gérard Collomb est jugé imbattable en 2014 ?” entendait-on. Quelques semaines plus tard, elle croule de nouveau sous les candidatures et semble s’être remise à y croire. Les primaires sont du coup relancées. Elles pourraient voir s’affronter 5 ou 6 postulants, dans un scrutin très ouvert. Avec à la clé l’espoir qu’elles donneront à la droite lyonnaise ce qu’elle cherche vainement depuis le départ de Raymond Barre : un leader.
DSC_5227bd
Lors du débat d'orientation budgétaire ce lundi, Gérard Collomb a souligné que l'endettement de la collectivité a reculé ces dernières années. Les marges dégagées lui permettent d'accélérer ses investissements avant la fin de son second mandat. Malgré le gel des dotations de l'Etat, les rentrées fiscales qui s'amenuisent et les prix de l'énergie en hausse.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 13 14 15