Charles de Gaulle
Du premier essai d’un tracteur à vapeur sur route, en 1867, à la visite du président Charles de Gaulle en 1963, Lyon Capitale vous rappelle les événements historiques ayant marqué les 28 septembre lyonnais au fil des siècles.
Evénement. Alors qu'un certain président, lors de sa campagne, montait à la tribune pour notifier son intention de " liquider une bonne fois pour toutes " l'héritage de mai 68, du côté du Périscope, on préfère clairement le perpétuer lors d'une journée de festivités et de rencontres. Le 24 mai 1968, au soir du jeudi de l'Ascension, le président Charles de Gaulle faisait une intervention à la télévision.
Politique. Alors que Michel Mercier s'est rendu la semaine dernière à l'Elysée pour faire "allégeance" à la majorité gouvernementale, quelques barons UDF ont lancé une opération destinée à relancer l'UDF ancienne formule, en prendre le contrôle, et priver ainsi le Modem de François Bayrou de ses locaux et des subventions publiques.
LES DEBUTS 6 mai : première grève étudiante suivie de la première manif.
Mémoire. Dans une scénographie libre et joyeuse, le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation présente une série d'"objets de résistance" souvent inattendus et astucieux.
A l'écart de la grande bataille des municipales, la relève politique se joue aussi dans les escarmouches des cantonales.
Quarante ans après, la Villa Gillet, associée à France Culture et au NouvelObs, a eu l'excellente idée de réunir deux très bons débatteurs autour de l'héritage de mai 68, le député Verts Daniel Cohn-Bendit et l'ancien ministre de droite et philosophe Luc Ferry. "68 c'est fini, je ne voulais pas le commémorer, mais Sarkozy m'y oblige..." prévenait d'emblée Dany Cohn-Bendit, traitant le président français de "soixante-huitard contrarié.
L'éternel leader de Mai 68, aujourd'hui député européen sous l'étiquette des Verts, entame la célébration des 40 ans de Mai 68 par un déplacement à Lyon.
Lyon Capitale : Député UMP de Haute-Savoie, vous venez d'être élu président de l'Assemblée nationale.
Analyse. Nationalement, le suspense est mince : un tsunami bleu devrait déferler sur l'Assemblée.

Posts navigation

1 2