C'est un Casus Belli qui se dessine à Lyon entre la coalition des marches pour le climat et David Kimelfeld, président de la métropole. Le groupement de citoyens et d'associations demande à l'élu de clarifier sa position sur le projet d'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences.
Grand Lyon – conseil de la métropole © Tim Douet
En 2014, Gérard Collomb s’était taillé un scrutin sur mesure. À un an de l’élection métropolitaine, le climat a changé. Pas encore assuré de pouvoir candidater à ce scrutin, à cause de l’émergence de David Kimelfeld, le maire de Lyon doit faire face à la poussée des Républicains dans l’Est lyonnais. Le scrutin devrait se jouer à Villeurbanne et dans le val de Saône, deux territoires dans lesquels tous les scénarios sont envisageables – Carte et analyse.
En pleine alerte pollution, vigilance rouge, le président de la métropole, David Kimelfeld, interpelle l'État sur les différences de règles entre Lyon et Paris qui empêchent "d'agir plus vite".
Gérard Collomb, David Kimelfeld et Emmanuel Macron © Tim Douet
De la défiance, ils sont passés aux coups bas. Dans les rangs de la majorité, l’ambiance devient délétère, avec formation de clans. Au jeu des soutiens, le président de la métropole rivalise aujourd’hui avec son ancien mentor. Si, officiellement, David Kimelfeld dit vouloir prolonger un attelage qui ne satisfait pourtant ni l’un ni l’autre, il poursuit un autre objectif : empêcher Gérard Collomb de se présenter en 2020. Pour la République en Marche, Lyon est devenu un casse-tête. À démêler rapidement, en ménageant la susceptibilité de l’ancien ministre tout en confortant le renouvellement incarné par le maire du 4e. Délicat.
L'ancien président de la République était en visite à Vaulx-en-Velin ce jeudi lors du colloque “Faire reculer le racisme, l'antisémitisme et les discriminations : un défi républicain”.
La maire du 1er arrondissement a présenté ce vendredi aux halles de la Martinière sa démarche programmatique en vue des élections municipales 2020 à Lyon. Égratignant au passage David Kimelfeld.
David Kimelfeld est officiellement candidat à la présidence du conseil métropolitain en 2020. En se déclarant il assure aussi rester dans une forme de fidélité à Gérard Collomb. Un vrai numéro d’équilibriste qui a révélé des fissures dans l’empire Collomb : trois députés lyonnais soutiennent déjà le dauphin.
Lundi 28 janvier, la métropole de Lyon votera la mise en place d'une zone de faibles émissions (ZFE). Les véhicules utilitaires légers et les poids lourds n'auront pas le droit de circuler et stationner dans un périmètre dédié. Ça, c'est la théorie, en pratique, des dérogations seront possibles.
La tournée des vœux a pris une dimension nouvelle en cette année 2019. Ce n’est plus seulement un événement à mi-chemin entre la corvée et la tradition. Le retour de Gérard Collomb et ses emballements en ont fait un temps politique cette semaine, dans les arrondissements où il est allé comme dans celui où il […]
Au lendemain d'une cérémonie des vœux du 6e marquée par le coup de sang de Gérard Collomb qui a privé de parole David Kimelfeld, des élus lyonnais réagissent. Étienne Blanc dénonce «  une humiliation  ». Le président de la métropole revient, lui, sur cet épisode avec plus de légèreté.

Posts navigation

1 2 3 4 15 16 17