Pas d'image
Podcast spécial cantonales. Canton de Villeurbanne-Nord. Jean-Claude Ray, candidat Europe Écologie/Les Verts, décrit un Michel Mercier gestionnaire et sans vision d'avenir. Il stigmatise un conseil général qui ne fait pas assez de social et qui promeut des projets néfastes pour l'environnement comme le Tronçon ouest du périphérique. Quant aux enjeux de politique locale, il met en avant les mauvaises relations entre le conseiller général sortant, Bernard Rivalta, et la Ville de Villeurbanne, pour expliquer une action discrète du département sur son canton. Évincé de sa délégation d'adjoint par le maire de Villeurbanne, il avoue que ses relations, s'il est élu, pourraient ne pas être bonnes avec la municipalité. Un entretien à écouter et/ou à télécharger.
Pas d'image
Podcast spécial élections cantonales. Canton de Villeurbanne-Nord. Raillé pour son nomadisme politique, le candidat aux cantonales, Richard Moralès (passé du PS aux listes de Michel Mercier en passant par le Modem) s'explique sur son positionnement politique. Il félicite par ailleurs le choix de Michel Mercier de ne pas augmenter les impôts. Enfin, il dresse le bilan du conseiller général sortant, Bernard Rivalta qui "n'a pas fait grand chose pour son canton". Un entretien à écouter et/ou à télécharger.
Pas d'image
Podcast spécial élections cantonales. Canton de Villeurbanne-Nord. Daniel Rendu se présente sur ce canton en réaction à l'investiture par la majorité départementale sortante de Richard Moralès (candidat UMP-Centre). "Moralès, c'est une candidature à la Simpson. C'est une famille qui se lance en politique", tacle-t-il. Daniel Rendu place les conditions de vie dans les maisons de retraite comme l'un des points forts de sa campagne. Un entretien à écouter et/ou à télécharger.
Pas d'image
Podcast spécial élections cantonales. XIIe canton de Lyon. Candidat sans étiquette et refusant de se positionner dans le cadre "manichéen" du débat gauche-droite, David Fitoussi espère, comme lors des municipales de 2008, dépasser la barre des 10%. Ses promesses de campagne : renoncer à son indemnité de conseiller général s'il est élu et créer un conseil général qui s'adresse plus aux retraités. Un entretien à écouter et/ou à télécharger.
Pas d'image
Podcast spécial élections cantonales. XIIe canton de Lyon. Candidat investi par Denis Broliquier et le parti Lyon-Divers-Droite, Jean-Pierre Neyret se présente avant tout comme un candidat sans étiquette. Une position qui le conduit à être très sévère à l'égard de la majorité de droite et du centre de Michel Mercier. Un entretien à écouter et/ou à télécharger.
Pas d'image
Podcast. Spéciale cantonales. Jusqu'à vendredi, Lyon Capitale vous propose de se pencher sur le 12è canton de Lyon (8è arrondissement). Premier invité : Louis Pelaez, conseiller général sortant (Parti Radical de Gauche). Il met l'accent sur la politique du département à destination des personnes âgées. "Le conseil général n'est pas à la hauteur des défis qui s'impose à lui. La dépendance augmente et les politiques de Mercier sont à minima, on se contente de gére", regrette Louis Pelaez. Un entretien à écouter et/ou à télécharger.
Michel Mercier
Le procureur de la République vient d'être saisi dans l'affaire des soupçons de malversations au sein de la Direction des Services Informatiques du Conseil général du Rhône, présidé par le garde des Sceaux Michel Mercier.Lire aussi : Le Conseil général empêtré dans une affaire de malversations et de corruption
Pas d'image
Les deux gardes des Sceaux, l’ancien et le nouveau, lançaient ce lundi la campagne des cantonales de la majorité sortante. Dominique Perben a envoyé des signaux à l’adresse de la droite traditionnelle, alors que le maire divers droite du 6e arrondissement le défie dans son canton. Michel Mercier a défendu la stabilité fiscale.
Pas d'image
EXCLUSIF - Le Conseil général du Rhône, dont le président Michel Mercier est ministre de la Justice, cherche à se séparer de fonctionnaires impliqués dans des affaires de malversations et de corruption. Le garde des Sceaux n'a pas saisi la justice alors que la loi l'y obligerait.
Pas d'image
Menacé de fermeture depuis plusieurs semaines, l'internat Favre, établissement public centenaire qui accueille des enfants lyonnais en difficultés scolaires, sociales et familiales, a obtenu un sursis jusqu'en 2014. L'Etat, qui contribuait au financement de l'établissement depuis 2005 et comptait s'en désengager cette année, est finalement revenu sur sa position.

Posts navigation

1 2 3 8 9 10 11 12 13 14 15