Corinne Morel-Darleux et Marie-Cécile Paccard © Tim Douet / Sara Thom
Dans leur métier ou leur action politique, elles ont choisi de faire un pas de côté pour une société plus résiliente. Portrait de deux femmes qui s’activent, à Lyon, pour déclencher des rencontres, changer de logiciel et passer à l’action.
Le géographe Michel Lussault, en 2009 © Pierre Augros / Photo PQR MaxPPP
Michel Lussault est géographe et dirige l’École urbaine de Lyon, née d’une volonté du Gouvernement d’investir dans des questions scientifiques majeures, porteuses d’enjeux sociaux fondamentaux.
De gauche à droite : Philippe Lebreton (en haut) © Benoît Prieur / Wikimedia Commons / Philippe Guelpa-Bonaro © DR / Nicolas Detrin © DR / Vincent Mignerot © Tim Douet
Face aux annonces de catastrophes climatiques, financières et sociales, des Lyonnais se réunissent pour échanger leurs sentiments sur la théorie de l’effondrement développée par les inventeurs de la “collapsologie”, c’est-à-dire l’étude de la fin de la civilisation industrielle.
Photomontage © Lyon Capitale
Pourquoi un effondrement de la société telle que nous la connaissons est-il probable avant 2050 ? Alors que les alertes d’experts et de scientifiques sur l’état de la planète et de l’économie mondiale sont sur la table, Lyon Capitale dresse un état des lieux à l’échelle de Lyon et sa région. Pour les théoriciens de l’effondrement, ces alertes sont pensées comme un ensemble, avec des répercussions les unes sur les autres.
Photomontages © Lyon Capitale
Michel Lussault est géographe et professeur d’études urbaines à l’École normale supérieure de Lyon. Récemment nommé directeur de l’École urbaine de Lyon, qui a investi un nouveau domaine de connaissance et d’expertise, l’anthropocène *, il a imaginé pour Lyon Capitale un scénario d’habitabilité de la métropole de Lyon à l’horizon 2050.