Pas d'image
Peu de monde sur les marches de l’hôtel de ville dimanche 30 septembre pour soutenir la candidature lyonnaise à la Cité de la gastronomie. Quelques élus de droite et du centre, mais aucun de gauche. Gérard Collomb a fait passer la consigne : pas de soutien public au projet.
Christophe Geourjon président du groupe "Centristes et démocrates" au conseil municipal de Lyon revient sur son ambition pour les prochaines élections municipales de 2014 à Lyon. Il aborde aussi le dossier de la cité de la gastronomie ou encore la situation des Roms dans l'agglomération. Une interview menée par Frédéric Poignard.
Christelle Monteagudo reçoit sur son plateau Bertrand GUTTY du Collectif pour la Cité de la gastronomie à Lyon, Laurent BOUVIER président des Toques Blanches et Steven BELFILS journaliste.
Peu de monde sur les marches de l’hôtel de ville dimanche 30 septembre pour soutenir la candidature lyonnaise à la Cité de la gastronomie. Quelques élus de droite et du centre, mais aucun de gauche. Gérard Collomb a fait passer la consigne : pas de soutien public au projet. Reportage.
Facebook Cité gastro
Dès le mois d'août, Lyon Capitale s’étonnait que rares fussent les Lyonnais, y compris les chefs et les élus, à être au courant de la candidature de la ville pour accueillir la Cité de la gastronomie. L’appel a été entendu, les Lyonnais se mobilisent : les uns ouvrent un compte Facebook, les autres mettent des affiches sur leur vitrine, et quasiment tout ce que la ville compte de chefs donne de la voix. Lyon Capitale-le mensuel revient sur le “patinage” de départ, toutes les raisons qu’a Lyon de gagner et dévoile le projet qui sera présenté au jury ce lundi 15 octobre.
Pas d'image
Interrogé lors du conseil municipal sur la candidature de Lyon pour accueillir la future Cité de la gastronomie, le maire de Lyon s'est montré pour le moins défaitiste, assurant ne pas avoir trouvé "un seul investisseur qui veuille mettre de l'argent dans cette Cité". Récit.
Pas d'image
SÉRIE - Lyon deviendra-t-elle officiellement la capitale mondiale de la gastronomie ? La ville du manger gras et du boire sec a, en tout cas, fait acte de candidature pour accueillir la Cité de la gastronomie, un lieu dédié à l’art culinaire de France et du monde. Mais Lyon est loin d’être la seule en lice pour accueillir cette vitrine de la gastronomie mondiale, et les 5 autres villes candidates présentent de solides dossiers. Lyon Capitale s’est penché sur les différents projets et vous propose de les découvrir dans une série d’articles, avec une question : Lyon a-t-elle ses chances ? Aujourd’hui, la ville qui fait figure d'outsider, mais qui compte bien briller parmi les grandes cités: Chevilly-Larue.
Image1
SÉRIE - Lyon deviendra-t-elle officiellement la capitale mondiale de la gastronomie ? La ville du manger gras et du boire sec a, en tout cas, fait acte de candidature pour accueillir la Cité de la gastronomie, un lieu dédié à l’art culinaire de France et du monde. Mais Lyon est loin d’être la seule en lice pour accueillir cette vitrine de la gastronomie mondiale, et les 5 autres villes candidates présentent de solides dossiers. Lyon Capitale s’est penché sur les différents projets et vous propose de les découvrir dans une série d’articles, avec une question : Lyon a-t-elle ses chances ? Aujourd’hui, une ville qui mise tout sur le charme du terroir, Beaune.
Capture d’écran 2012-08-31 à 14.09.07
SÉRIE - Lyon deviendra-t-elle officiellement la capitale mondiale de la gastronomie ? La ville du manger gras et du boire sec a, en tout cas, fait acte de candidature pour accueillir la Cité de la gastronomie, un lieu dédié à l’art culinaire de France et du monde. Mais Lyon est loin d’être la seule en lice pour accueillir cette vitrine de la gastronomie mondiale, et les 5 autres villes candidates présentent de solides dossiers. Lyon Capitale s’est penché sur les différents projets et vous propose de les découvrir dans une série d’articles, avec une question : Lyon a-t-elle ses chances ? Aujourd’hui, une ville qui aimerait se débarrasser du cliché de cité de la moutarde et du pain d’épices, Dijon.
Bocuse
Mi-octobre, la France choisira où implanter la Cité de la gastronomie, espace unique au monde destiné à “incarner” le classement au Patrimoine mondial de l’Unesco du repas gastronomique français. Dégustations, cours de cuisine, découverte des produits du monde entier… le tout dans un espace grand comme sept fois la brasserie Georges. Rien qu’en parler donne faim ! La ville qui recevra cette institution sera de fait proclamée capitale de la bonne chère et du bon vin en France… et donc dans le monde ! La candidature de Lyon, plus que légitime, sera-t-elle un nouveau fiasco ?

Posts navigation

1 2 3 4 5 6