Pas d'image
ENTRETIEN - Lyon ne fait pas partie des trois villes sélectionnées pour composer le socle du réseau des Cités de la gastronomie. Pourtant, la commission qui a rendu son avis ce vendredi 11 janvier précise que la ville "ne doit pas être exclue du dispositif". Lyon a-t-elle perdue toute ses chances ? Quelles sont les causes de son échec ? Pierre Sanner, secrétaire général de cette commission et directeur de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, répond aux questions de Lyon Capitale.
Pas d'image
L’ État et la commission qui a étudié les dossiers et auditionné les villes candidates a privilégié un ticket "Tours- Paris-Rungis-Dijon". Lyon pourrait toutefois bénéficier d'un strapontin.
Pas d'image
Alors que la décision sur le choix de la ville hôte devait être rendue ce vendredi 11 janvier, plusieurs sources ont fait savoir que le suspens pourrait encore durer. Et pour cause, ce ne sont pas une, mais plusieurs (demi-)Cités de la gastronomie qui pourraient voir le jour... avec, ou sans Lyon.
Pas d'image
La fin de la compétition approche. Le 11 janvier, le nom de la ville hôte de la Cité de la gastronomie devrait être connu. Après avoir entendu tous les candidats depuis des semaines, la Commission de la Mission française du Patrimoine et des Cultures alimentaires rendra enfin son verdict. Qui de Rungis, Tours, Beaune, Dijon ou Lyon obtiendra le label pour accueillir ce temple dédié à l’art du bien-manger ? Jusqu’à la proclamation du résultat final, Lyon Capitale revient sur la candidature lyonnaise, détaille ses points forts et décrypte les dossiers concurrents.
Frédéric Poignard reçoit Emmanuel Hamelin conseiller municipal UMP de Lyon. Au cours de cette émission, il évoque la question du mariage gay, la Cité de la gastronomie, son soutien à Jean-François Copé et son envie de participer aux primaires de la droite.
Frédéric Poignard reçoit Georges Képénékian, adjoint au maire de Lyon délégué à la culture. Il revient sur l'appel aux dons du musée des Beaux-Arts de Lyon pour acquérir un tableau d'Ingres, sur le dossier des dépassements d'honoraires et sur la prochaine Fête des Lumières qui se déroulera du 6 au 9 décembre 2012.
Lundi soir, Gérard Collomb dévoilait officiellement le projet lyonnais de la Cité de la gastronomie. La Cité doit s'implanter dans l'Hôtel-Dieu sur 15 000 m2. Le montage financier du projet présenté comme cohérent et prudent s'élève à 18 millions d'euros. La Cité de la gastronomie devrait comprendre un musée, des expositions, un centre de conférence, de formation, des cours de cuisine, un jardin, des boutiques et des restaurants.
Capture d’écran 2012-11-06 à 10.00.42
Gérard Collomb a levé la cloche qui recouvrait jusqu’ici le projet lyonnais de Cité de la gastronomie. Ce temple à la gloire du bien-manger devrait s’implanter dans la partie la plus ancienne de l’Hôtel-Dieu et s’étendre sur 15.000 m². À l’occasion de ce lever de rideau sur un des projets qui passionnent le plus les Lyonnais, tout le gratin de la gastronomie lyonnaise était rassemblé à l’hôtel de ville, Paul Bocuse en tête.Visionner aussi notre reportage vidéo
Frédéric Poignard reçoit Michel Havard chef de l'opposition municipale à Lyon. L'élu qui ambitionne de briguer la mairie de Lyon en 2014 revient sur quelques questions d'actualité et sur son soutien à François Fillon dans la course à l'UMP. Sur le plan local, il évoque l'organisation des primaires à droite, son envie d'être candidat en 2014 et les dossiers de l’Hôtel-Dieu et de la Cité de la Gastronomie.
Pas d'image
Cinq villes restent en lice après le retrait de dernière minute de Versailles, pour accueillir la Cité de la gastronomie. La ville du Roi-Soleil a renoncé à se lancer dans la bataille, faute de financements.

Posts navigation

1 2 3 4 5