Pas d'image
L'ONG Médecins du monde va lancer son "Appel de Lyon" pour "dire non à l'extrême droite, au racisme et au nationalisme" ce mercredi 3 mai place Sathonay (1er arrondissement).
Pas d'image
Après l'incendie qui a détruit une partie du Centre de rétention administratif (CRA) de Lyon Saint-Exupéry, huit personnes prises en flagrant délit sur les lieux ont été placées en garde à vue. Plusieurs centaines de milliers d'euros de dégâts matériels pourraient leur être imputés.
Sans illusion, le collectif d’associations Rrom* a lancé un appel, mercredi 4 décembre, demandant l’extension de la trêve hivernale aux squats et bidonvilles de l’agglomération. Trois jours plus tard, treize Roms dont six enfants se faisaient expulser.Lire aussi : Des Roms lyonnais s'associent pour défendre leurs droits
Comme chaque année depuis huit ans, l'association La Cimade prête ses yeux aux Lyonnais pour pénétrer derrière les barbelés du centre de rétention de Lyon (CRA). Ce lieu d'enfermement situé à 1,5 kilomètres de l'aéroport “n'est pas une prison, mais en a tout l'air“. Il abrite en moyenne 2000 étrangers sans papiers chaque année, 2 369 en 2008 selon le rapport de la Cimade qui vient de paraître.
Pas d'image
Ils ne seraient plus que quelques retenus à sauter les repas au centre de rétention de Lyon, derrière les barbelés, près de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry. Mardi, on parlait de quatre personnes contre une quarantaine vendredi et une soixantaine jeudi, au premier jour du mouvement. Pourquoi, comment, la grève s'est-elle dégonflée ? Explications.Lire aussi notre article sur les revendications des grévistes
Samedi 14 février aux subsistances, à partir de 18h30, le collectif des amoureux au ban public (mis en place par la Cimade) organise pour la deuxième année consécutive le bal des amoureux, les 'noces de coton'.
Mardi soir, le collectif lyonnais des 'amoureux au ban public' s'est réuni pour la dernière fois de la saison.
La campagne nationale pour le droit des couples mixtes, franco étrangers, à vivre en famille a été lancée hier dans plusieurs villes de France.
Pas d'image
La Cimade se dit "préoccupée" par la mise en place à l'intérieur du centre d'une équipe de police spéciale, appelée DEFI pour "Démantèlement des filières d'immigration".
Société. Seule association présente dans les centres de rétention administrative, la Cimade (centre oecuménique d'entraide aux étrangers) où dresse chaque année un panorama complet de ces prisons d'un genre particulier où transitent les étrangers reconduits à la frontière.

Posts navigation

1 2