Le ministre de l'Intérieur a annoncé ce mercredi la dissolution du Bastion social, mouvement d'extrême droite présent à Lyon depuis 2017. Une décision qui réjouit le président de la métropole de Lyon.
Plusieurs membres de la commission d'enquête parlementaire sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France étaient présents à Lyon ce vendredi dans le cadre de leurs travaux.
Six militants de l'ultra-droite ont été condamnés, ce mercredi, par le tribunal de Paris pour leur participation aux violences qui ont éclaté, autour de l'Arc de Triomphe notamment, en marge de la mobilisation des Gilets jaunes, du 1er décembre. L'un d'eux est étudiant à l'université catholique de Lyon et membre du Bastion social.
Le député du Rhône a cosigné une lettre dans laquelle il demande au Premier ministre de dissoudre le mouvement d’extrême-droite Bastion social.
Le tribunal correctionnel de Lyon a rendu sa décision : l'un des leaders du groupuscule d'extrême droite, Steven Bissuel, est condamné à 20 000 euros d'amende pour "provocation à la haine raciale et à la violence en raison d’une origine ethnique, en état de récidive légale".  En janvier 2015, il publiait sur les pages Facebook et Twitter du GUD le dessin d'une fausse publicité Oasis avec des fruits marqués d'une étoile jaune pour les 70 ans du camp de concentration d'Auschwitz.  
Pas d'image
Les membres du Bastion social ont réalisé une action coup-de-poing le mercredi 20 janvier en déployant une banderole sur le toit de l’association Forum Réfugiés à Lyon. Thomas Rudigoz, député LREM de la 1ère circonscription du Rhône, a fermement condamné cette opération et appelle à la “dissolution de ce groupuscule d’extrême droite”. 
Pas d'image
Lors d'un concert organisé dans un bar du quai Arloing, une bagarre entre antifascistes et militants d'extrême droite a éclaté. Huit personnes ont été interpellées par la police. En marge du concert "no racism, no sexism, no fascim" organisé au bar RockNEat du quai Arloing, une violente rixe a eu lieu entre militants antifa et […]
Pas d'image
Après les Identitaires, c’est au tour du Gud d’affirmer sa présence dans le 5e arrondissement, avec l’ouverture de deux commerces et d’un local pour réunir ses quelques adeptes.