Pas d'image
Gérard Collomb a joué mardi le rôle de l'avocat de Georges Frêche, le candidat de la polémique en Languedoc-Roussillon. Plus qu'un soutien, il s'agissait d'un playdoyer. Le maire de Lyon s'est posé en caution morale.
Gérard Collomb a tenu parole. Mardi, il était à Montpellier pour afficher son soutien à Georges Frêche, le candidat dissident et exclu du PS, dans sa campagne en Languedoc-Roussillon. Une journée très médiatique durant laquelle Gérard Collomb a essayé de se poser en rassembleur de la gauche.Lire aussi : Quand Collomb joue l'avocat de Frêche
Gérard Collomb jette un pavé dans la marre en soutenant la liste conduite par Georges Frêche en Languedoc-Roussillon alors que Martine Aubry s'est démenée pour constituer une liste concurrente. Collomb pourrait même aller lui apporter son soutien en Languedoc-Roussillon "avec femme et enfants".
La consultation militante de jeudi soir n’a pas été un succès populaire mais elle a permis à Martine Aubry d’asseoir son pouvoir sur le PS. Et aux militants de voter contre le cumul des mandats et pour Jean-Jack Queyranne.
Le PS entame sa rénovation ce jeudi et ce sont les militants qui vont dévoiler les grandes lignes de la famille socialiste de demain. Ils vont s’exprimer entre autres sur les primaires et le non-cumul des mandats.
Samedi après-midi, entre deux rendez-vous informels avec d'autres socialistes, Gérard Collomb est revenu sur le discours de Martine Aubry.
Pas d'image
A La Rochelle, une difficile rentrée était promise à Martine Aubry.
Le Congrès de Reims, qui a fait de Martine Aubry la première secrétaire du parti, aurait pu/dû ramener l'ordre dans un parti qui n'en finit plus de se déchirer.
Le Congrès de Reims, qui a fait de Martine Aubry la première secrétaire du parti, aurait pu/dû ramener l'ordre dans un parti qui n'en finit plus de se déchirer.
Le Congrès de Reims, qui a fait de Martine Aubry la première secrétaire du parti, aurait pu/dû ramener l'ordre dans un parti qui n'en finit plus de se déchirer.

Posts navigation

1 2 3 4 5