Elliott Aubin (France Insoumise), le 23 mars 2019 à Lyon © Maxime Jegat / PhotoPQR-MaxPPP
Entretien – Aux municipales de 2014 à Lyon, ils étaient apparus en binôme sur la scène politique. Elliott Aubin et Andréa Kotarac étaient les visages de la France Insoumise, des camarades et des amis. Passé la sidération, l’élu du 1er arrondissement cède à une colère d’abord politique. Il revient sur une “trahison qui laissera des traces” et tente de casser toute sensation de porosité entre le positionnement des Insoumis et celui du nouveau parti de son ancien camarade.
L’ex-conseiller régional LFI Andréa Kotarac au meeting RN d’Hénin-Beaumont, le 24 Mai 2019 © Philippe Huguen / AFP
C’est une bascule inédite – des Insoumis au Rassemblement national – qui se lit comme un roman d’espionnage. La volte-face d’Andréa Kotarac s’est opérée dans un climat marqué par les tentatives d’influence russes sur la politique française, avec des entremetteurs et des considérations financières. Retour sur une bascule plus médiatique qu’idéologique.
Le Parti de gauche, désormais ancienne formation politique d'Andréa Kotarac, après l'annonce de son soutien au Rassemblement national a dit dans un communiqué “avoir appris avec consternation et par la presse son ralliement”. 
Andréa Kotarac
L'élu La France insoumise du Rhône a annoncé ce mardi soir qu'il soutenait le Rassemblement national de Marine Le Pen pour les Européennes. 
Manifestation de Gilets jaunes devant l’hôtel de région, à Lyon, le 7 décembre © Tim Douet
Politiquement et paradoxalement, La République en Marche espère sortir gagnante d’une crise qu’elle a mal gérée et qui a montré ses limites. Une transformation politique du mouvement des Gilets jaunes pourrait déboucher sur une balkanisation supplémentaire des oppositions à Emmanuel Macron.
Pas d'image
Après l'annulation de la clause Molière par le tribunal administratif de Lyon, l'opposition au conseil régional a décrit la disposition de Laurent Wauquiez comme "une occasion perdue de lutter réellement contre le travail détaché en France".
Barrage de Pierre-Bénite
Alors que la direction de General Electric a annoncé un plan social de 345 emplois sur 800 sur le site de Grenoble, quatre conseillers régionaux RCES s’allient aux députés de la France Insoumise pour demander à Emmanuel Macron de s’y opposer et d’investir dans l’hydraulique.
Pas d'image
Anissa Khedher (LREM) est largement en tête à Sathonay-Camp (7e circonscription du Rhône), où la députée sortante était la socialiste Hélène Geoffroy, suppléée par Renaud Gauquelin.
Pas d'image
Anissa Khedher (LREM) est en tête à Sathonay-Village (7e circonscription du Rhône), où la députée sortante était la socialiste Hélène Geoffroy (suppléée par Renaud Gauquelin). Mais Alexandre Vincendet n’est pas loin derrière.
Pas d'image
Alexandre Vincendet (LR) devance largement la candidate LREM à Rillieux-la-Pape, la ville dont il est maire (7e circonscription du Rhône).

Posts navigation

1 2