Le cardinal Philippe Barbarin, dans son bureau du diocèse, en mai 2015 © Tim Douet
Le 7 mars, le cardinal Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agression sexuelle sur mineur. S’il a fait appel, sa condamnation a marqué un tournant, après plus de quatre ans de tergiversations de la part du patron du diocèse de Lyon, comme le prouve un nouveau document récupéré par Lyon Capitale.
L'archevêque de Lyon rencontrera le pape François à Rome ce lundi à 10h pour lui remettre sa démission après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agression sexuelle. Décision de justice dont il a fait appel.
Le cardinal Philippe Barbarin et ses avocats, au tribunal de grande instance de Lyon, le 7 janvier 2019 © Jeff Pachoud / AFP
Après Philippe Barbarin lui-même, le parquet a également fait appel de la condamnation de l'archevêque de Lyon. Un acte qui doit permettre au parquet d'être présent à l'audience d'appel. 
La justice a tranché. Le film de François Ozon Grâce à Dieu pourra sortir en salles ce mercredi 20 février.
Le film de François Ozon qui relate l’affaire du prêtre Bernard Preynat, accusé de nombreuses agressions sexuelles sur mineurs dans les années 80 et 90 est au cœur des tribunaux. Sa sortie, prévue le 20 février, pourrait être reportée.
Le réalisateur sera présent avec l'équipe du film, à Lyon, lundi, pour assurer la promotion de son film Grâce à Dieu, et animer plusieurs avant-premières.
Inspiré de l'affaire Preynat et de la création de la Parole libérée, le film Grâce à Dieu de François Ozon sera diffusé en avant-première à Lyon, en présence de l'équipe du film. 
Philippe Barbarin au tribunal le 7 janvier 2019 © Jeff Pachoud / AFP
Le procès de l'affaire Barbarin s'est terminé ce jeudi après-midi. Face aux faits, les parties ont développé leurs arguments juridiques. La justice tranchera dans deux mois. 
L’avocat du cardinal Barbarin, Jean-Félix Luciani, au tribunal de grande instance de Lyon, le 19 septembre 2017 © Jeff Pachoud / AFP
L’avocat du cardinal Barbarin a une nouvelle fois demandé aux juges de s’extraire du contexte médiatique de ce procès. “L’émotion ne crée pas le droit”, a-t-il martelé. Pour le ténor du barreau lyonnais, de toute façon, les faits “sont prescrits”, “ne concernent pas son client” et sont couverts par “le secret professionnel”.
Philippe Barbarin au tribunal le 7 janvier 2019 © Jeff Pachoud / AFP
Les plaidoiries des parties civiles se sont terminées ce mercredi après-midi avec notamment celle de Me Loizzo, l’avocate de Didier Bardiai, une des victimes du père Preynat. Didier Bardiai était présent pour la première fois depuis le début du procès.

Posts navigation

1 2 3 4 5