Le procès en appel du cardinal Barbarin s’est déroulé à Lyon ces jeudi et vendredi. Au sein de la cour d’appel, les victimes du père Preynat, à qui la justice a donné raison en première instance, ont de nouveau pointé du doigt les fautes du cardinal. De son côté, la défense du prélat s’est attachée à différencier “la cause” portée par les parties civiles et “la rigueur du droit”.
Comme en première instance et lors du premier classement sans suite, le ministère public a demandé la relaxe du cardinal Barbarin. 
Philippe Barbarin au tribunal le 7 janvier 2019 © Jeff Pachoud / AFP
“Rumeurs”, “trucs” ou “agressions sexuelles”, les débats du procès en appel du cardinal Barbarin ont tourné autour de la connaissance, depuis 2010, par l’archevêque de Lyon, des faits perpétrés par le père Bernard Preynat. Les parties civiles ont de nouveau soutenu qu’il était obligé de dénoncer ces faits à la justice. Le cardinal a répondu : pourquoi plus lui que “les familles” ou “la justice” elle-même ?
Le cardinal Philippe Barbarin et ses avocats, au tribunal de grande instance de Lyon, le 7 janvier 2019 © Jeff Pachoud / AFP
Le procès en appel du cardinal Barbarin a débuté ce jeudi à Lyon devant la cour d’appel. Durant la première matinée, l’archevêque de Lyon a répété ne pas “comprendre” ce qui lui était reproché, se plaçant en position de victime, concédant, une nouvelle fois, des “fautes” de gestion, mais pas de fautes pénales.
Le cardinal Philippe Barbarin et ses avocats, le 7 janvier, au TGI de Lyon © Jeff Pachoud / AFP
Le procès en appel du cardinal Barbarin s’ouvre ce jeudi à Lyon. L’archevêque de Lyon avait été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agression sexuelle sur les victimes du père Preynat.
La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Lyon a rejeté la demande formulée par Me Frédéric Doyez, l’avocat du prêtre qui a abusé de dizaines d’enfants pendant des décennies à Sainte-Foy-lès-Lyon.
Attaqué par Bernard Preynat pour empêcher sa parution en VOD et DVD, le film Grâce à Dieu est suspendu à la décision de la cour d'appel de Paris qui rendra sa réponse le 26 juin. 
L'archevêque de Lyon rencontrera le pape François à Rome ce lundi à 10h pour lui remettre sa démission après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agression sexuelle. Décision de justice dont il a fait appel.
Le cardinal Philippe Barbarin et ses avocats, au tribunal de grande instance de Lyon, le 7 janvier 2019 © Jeff Pachoud / AFP
Après Philippe Barbarin lui-même, le parquet a également fait appel de la condamnation de l'archevêque de Lyon. Un acte qui doit permettre au parquet d'être présent à l'audience d'appel. 

Posts navigation

1 2 3 4 5 6