Villefranche pas loin de l'exploit

L'équipe de CFA de Villefranche a perdu aux tirs aux buts contre les pros de Saint-Etienne. Une loterie finale qui ne reflète pas vraiment la physionomie générale d'un match maîtrisé par les petits poucets caladois.

Villefranche peut être fier. Très fier. Hier, en 16e de finale de la Coupe de France, le club de CFA a perdu aux tirs aux buts contre l'ASSE, trois divisions au-dessus. Mais il a livré une bataille remarquable d'envie, de détermination. De jeu collectif. A la loterie des pénos, Villefranche n'a donc pas eu la baraka.

Saint-Etienne a eu chaud, très chaud aux fesses. Car les Verts ont livré un match terriblement pauvre, à tel point que sur le terrain, il n'y avait aucune différence de jeu entre les amateurs et les pros. Et s'il y a eu différence, à certaines périodes du match, c'est bien en faveur de Villefranche.

Saint-Etienne débordé

Le petit poucet a perdu. Le géant Vert a gagné. Pourtant, pourtant... Le FCVB méritait sa qualification pour les 8es de finale. Menés deux fois au score, les "p'tits" Bleus sont à chaque fois revenus. Pas dans la cafouillage ou une hypothétique chance. Mais par un jeu de ballon digne d'une équipe pro, avec une vision du jeu qu'a rarement eue l'ASSE. A la 9e minute, les Verts marquent. On se dit que les amateurs sont condamnés. Seize minutes plus tard, égalisation caladoise, après une belle action de la tête, sur un centre aux p'tits oignons. Les Bleus poussent, Saint-Etienne se fait déborder, malgré quelques contres rapides. Les Bleus trouvent des espaces, construisent leur jeu. Et ça paie, les actions s'enchaînent. Un but est même refusé à la 47e. Deux minutes plus tard, le FCVB manque de marquer, la balle passe à deux doigts du poteau.

C'était sans compter les supporters. 500 à 600 supporters stéphanois avaient fait le déplacement. Green Angels et Magic Fans. Que du lourd. L'arbitre devra d'ailleurs suspendre le match quelques minutes, après des jets de pétards et feux d'artifice sur la pelouse. L'ambiance est bouillante.

En début de seconde mi-temps, les Verts attaquent (la pause vestiaire a certainement dû tourner au "savon") Le FCVB résiste bien. C'est même lui qui joue et qui construit du jeu. En face, il n'y a quasiment plus personne. Saint-Etienne est largué. Les Verts n'arrivent pas à garder la balle mais la crainte récurrente est celle d'un contre. Et c'est justement ce qui arrive à la 85e minute. 2 à 1. Suivi d'une transversale pour Saint-Etienne trois minutes plus tard. A ce moment là, d'aucuns se disent que c'est fini. A la 89e, Villefranche égalise. Coup de massue pour les Verts.

Un vrai match de Coupe de France

Prolongations. Sur le banc vert, l'entraîneur engueule ses joueurs qui commencent à montrer quelques gestes de nervosité. Dans les gradins, les supporters caladois soufflent au coup de sifflet : "aux pénos, il n'y a pas de différence entre amateurs et pros". Pourtant, Villefranche rate trois fois. Saint-Etienne se qualifie.

C'est le coup de bambou. Dans les vestiaires règne un silence terrible. Des joueurs pleurent. "C'était leur soir. Ils ont livré un match énorme, ils ont été grandioses. C'est magnifique ! Mais c'est dur, très dur pour eux, dit Christian Du Verne, le président du club, la larme à l'oeil. Ils ont livré l'un des meilleurs matchs du club. Ils ont été au même niveau que Sainté". "Il n'y a que de la fierté à avoir, vu la qualité du match livré" ajoute l'entraîneur caladois. Même Roland Romeyer, président de l'ASSE y est allé de son petit mot : "Villefranche est une équipe valeureuse. Elle a livré un vrai match de Coupe de France". Villefranche peut être fière.

à lire également
Rafael, latéral de l'OL © Tim Douet
Avec l’arrivée à l’intersaison d’un troisième latéral droit à l’OL, Rafael était annoncé sur le départ. Le Brésilien, âgé de 28 ans, reste finalement à Lyon. Pour son plus grand bonheur, celui de sa famille et celui des supporters. Il revient sur cet épisode et sur son envie de réussir une belle saison. Entretien.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut