Pour Jean-Michel Larqué, "Lyon est le favori du derby"

Ancien joueur de l'AS Saint-Etienne dans les années 1970, Jean-Michel Larqué, aujourd'hui consultant pour RMC sport, estime que l'OL est le "favori" du derby ce soir (21 h), le dernier qui se jouera à Gerland.

Demain se jouera le dernier derby à Gerland. Est-ce que cela évoque pour vous un peu de nostalgie, en tant que Stéphanois ?

Jean-Michel Larqué : Il faut surtout savoir tourner la page et se tourner vers l’avenir ! Demandez à un club comme Arsenal, qui a quitté Highbury pour l’Emirates… L’Olympique lyonnais devait évoluer. Gerland, c’est vrai que c’était sympa, pratique pour les Lyonnais qui habitent le centre-ville. Mais a priori, l’arrivée du Grand Stade est, selon moi, le signe que le club va dans le bon sens. Attention cependant, car la capacité du stade va être doublée et il va falloir le remplir (NDLR : elle passera en réalité de 40 000 à environ 60 000).

Jean-Michel Aulas a mis la main à la poche pour le recrutement, mais pour l’instant les nouveaux ne donnent pas vraiment satisfaction, et le club est sur le point d’être éliminé en Ligue des champions…

L’OL nous avait habitués pendant les années 2000, à une grande qualité tant du point de vue des résultats que dans le contenu. Ensuite, je ne sais pas si c’est par contrainte, mais le club a changé de politique, en faisant jouer ses jeunes du centre de formation. Et cela a été une réussite. J’ai été agréablement surpris de la qualité du jeu de cette équipe la saison dernière, sûrement la meilleure en France. Cette année il y a eu un recrutement conséquent, avec quatre ou cinq bons joueurs. Je pense à Rafael, Valbuena, Darder et Beauvue notamment. Et ce qui est embêtant, c’est que Lyon se passerait plus facilement d’un Valbuena aujourd’hui qu’il ne se passe de Fekir. C’est très dommageable d’être à ce point dépendant d’un seul joueur.

Contrairement à l’OL qui patine dans le jeu, Saint-Etienne sort de deux victoires par trois buts d’écart. Sur la dynamique du moment, l’ASSE est-elle favorite ?

Ce que je vois pour le moment, c’est que l’OL est deuxième du championnat alors qu’on dit l’équipe sur le déclin. Demain soir, le favori sera Lyon parce qu’il joue à domicile. Le reste, c’est de la littérature. Saint-Etienne est obligé de compter sur les faux-pas d’équipes a priori plus fortes, comme l’OL, Monaco ou Marseille, pour espérer monter sur le podium. Mais c’est sûr que pour eux-aussi, c’est l’occasion de marquer des points face à un concurrent direct.

« Les Lyonnais n'ont pas été bons contre le Zénith »

Sur quoi va se jouer cette rencontre alors ? Sur l’envie ?

Il faut arrêter de dire que ça va se jouer sur l’envie ! C’est la qualité des deux équipes qui fera la différence. Les Lyonnais n’ont pas été bons du tout contre le Zénith, mais demain ils vont oublier tous les matchs précédents. Je le répète, le favori de ce derby c’est l’OL.

Les derbys étaient des matchs que vous aimiez jouer ?

Je voulais jouer tous les matchs, mais c’est sûr qu’il y avait une atmosphère, une ambiance, une rivalité particulière. Il faut savoir qu’à l’époque, je ne sais pas si c’est toujours le cas aujourd’hui, mais tous les joueurs des deux camps se connaissaient très bien. On se côtoyait, on se voyait souvent.

Vous avez gardé des souvenirs particuliers de vos rencontres entre l’OL et l’ASSE ?

Je me souviens d’une fois où l’on avait gagné à Gerland 7 à 1, et d’une autre devant 42 000 spectateurs lyonnais qui étaient obligés de rester debout, sous la pluie. On avait appelé le stade « la piscine », je crois que c’était en 1977. Ce jour-là, on avait gagné 2 à 0 et j’avais marqué un but de la tête, ce qui était rare. Et je me souviens de Nanard Lacombe, qui avait dit : « Oh non ! Tout mais pas Quélar ! Pas Quélar ! » (Verlan pour Larqué, NDLR)

Vous êtes toujours en contact avec Bernard Lacombe ?

Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas téléphonés. Et vous savez, moi maintenant je reste dans mon Pays basque, je n’en bouge pas, je suis bien.

Retrouvez toute l'actualité de l'OL sur le site Olympique et Lyonnais !
à lire également
Pas d'image
Elles sont inarrêtables, insatiables. L’OL féminin a largement dominé le FC Barcelone (4-1) en finale de la Ligue des Champions, samedi soir à Budapest. Le 4e titre de suite pour l’OL. Le 6e depuis 2011. Grandiose.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut