Le Rocher était trop haut !

Battus à Monaco (2-1), les Lyonnais sont éliminés de la Coupe de France. Après une première mi-temps convaincante de l’OL, les joueurs de la Principauté ont renversé la vapeur en seconde période.

Quatre jours après une victoire importante à Lorient (1-3), les Gones relevaient un nouveau défi tout aussi difficile en terre monégasque. Il s’agissait de confirmer la bonne impression d’ensemble laissée en Bretagne. Satisfaisants en première mi-temps, les Lyonnais se sont finalement inclinés (2-1). Leur belle série de début d’année (4 victoires) est stoppée.

Au regard du calendrier démentiel de ce début d’année, Claude Puel avait décidé de laisser souffler quelques titulaires habituels. Ainsi, Jérémy Toulalan, Michel Bastos et Lisandro Lopez débutaient la rencontre sur le banc de touche. Les jeunes Yanis Tafer et Maxime Gonalons se voyaient propulser titulaires, tout comme la nouvelle recrue croate, Dejan Lovren, dans l’axe de la défense. Dans la lignée de leur très bonne seconde période à Lorient, les hommes du Président Aulas entament bien le match et dominent les duels, sans pour autant se montrer réellement dangereux.

Boumsong, logiquement

Contre le cours du jeu, ce sont les hôtes qui se créent la première occasion dangereuse. Sur un ballon perdu par Gonalons, Park déclenche une frappe soudaine aux vingt mètres, magnifiquement claquée par Hugo Lloris (23ème). Deux minutes plus tard, Ederson réplique sur coup-franc. Ruffier répond au portier international en déviant le ballon du brésilien qui prenait la direction de la lucarne (25ème). Dans un match rythmé et intéressant à défaut d’être riche en situations dangereuses, l’OL ouvre le score juste avant la pause. Boumsong reprend victorieusement de la tête un corner d’Ederson (45ème). Les Lyonnais confirment leurs bonnes dispositions entrevues en Bretagne mercredi, en dominant au milieu de terrain.

Un pénalty inexistant

Les Monégasques rentrent pied au plancher des vestiaires et se ruent à l’attaque pour égaliser. Sur l’une d’elles, Néné s’écroule tout seul dans la surface et abuse l’arbitre, Monsieur Malige. Ce même Néné transforme le penalty et égalise (49ème). Tout est à refaire pour l’OL. C’est le tournant du match. Excédés par ce coup du sort, les joueurs de Puel s’énervent et sortent du match. Ils bafouent leur football. Les monégasques n’en demandaient pas tant et ce sont désormais eux les maîtres du jeu. Assez logiquement, sur un centre de Modesto, Park reprend au second poteau de la tête et donne l’avantage à son équipe (78ème). Bastos, Lisandro et Delgado ont beau renforcer l’équipe lyonnaise, les Gones ne reviendront pas et voient la Coupe de France 2009-2010 leur échapper définitivement.

Vite rebondir

Tout n’est pas à jeter dans cette rencontre pour l’OL. Auteurs de 45 minutes convaincantes, les Lyonnais, qui semblaient maitriser la situation, ont sombré après le retour des vestiaires et ce pénalty imaginaire accordé à leurs adversaires. En progrès depuis début janvier, le moindre grain de sable suffit à enrayer la machine olympienne. Une incapacité à réagir après un coup du sort, révélatrice de l’état de convalescence du groupe de Claude Puel. Et les Gones se doivent de vite rebondir. Dès mercredi, une nouvelle fois à Lorient, ils disputent un quart de finale de Coupe de la Ligue. Distancés en championnat, éliminés en Coupe de France, cette compétition est de loin la plus accessible si l’OL veut gagner un titre cette saison…

à lire également
Une semaine après l'altercation entre Bruno Genesio et un supporter dans le quartier de Confluence, le journal L'Equipe a publié, ce samedi, une enquête sur les dessous de cette soirée. Pas vraiment du goût du président de l'Olympique lyonnais, qui n'a pas hésité à aller au contact avec les supporters critiques sur Twitter, de manière parfois très véhémente. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut