La folie de l'ovalie !

La montée du LOU en Top 14 suscite la passion des Lyonnais pour le ballon ovale. Le club de rugby lyonnais devra toutefois mettre les bouchées doubles s’il souhaite s’inscrire dans la durée au plus haut niveau.

Le 8 mai dernier, dix-sept ans après, le LOU retrouve l’élite du rugby français. Une montée fêtée par plus de 4000 supporters lyonnais en liesse, dont la plupart ont pris goût à l’ovalie lors de la saison écoulée. “Nous nous battrons avec notre cœur, car cette ville mérite un grand club. Il y a un énorme engouement, souligne Raphaël Saint-André, l’un des entraîneurs du LOU. “Il y a incontestablement un potentiel public rugby à Lyon”, poursuit Guy Mathiolon, l’un des actionnaires du club.

Une donnée que l'intelligentsia locale et plus particulièrement les politiques de tous bords ont bien saisie, n’hésitant plus à s’afficher aux côtés de l’équipe entraînée par Raphaël Saint-André et Matthieu Lazerges. “C’est marrant de voir tous ces élus ou patrons se vanter d'être supporter du LOU, alors qu’il y a encore à peine un an, pour certains, ils ne savaient même pas qu’il y avait une équipe de rugby à Lyon”, remarque un membre du club. Outre Gérard Collomb et Thierry Braillard, qui sont des fidèles de la première heure, au cours des six derniers mois, il n'était pas rare de croiser Bernard Rivalta, Thierry Philip ou Nora Berra dans les travées du stade Vuillermet.

Trois à quatre matches disputés à Gerland

Pour Guy Mathiolon, cet engouement soudain du monde politique et économique est loin d’être un problème. Bien au contraire. “Depuis l’accession, on est sans cesse sollicités, notamment par les entreprises de la région qui souhaitent avoir des loges dans le nouveau stade”, précise-t-il. Si le LOU a fait office la saison dernière de leader incontesté en Pro D2, la formation rhodanienne aura un tout autre statut cette saison : “Nous n'allons pas arriver en Top 14 en étant les cadors. Nous serons le 12e budget. Nous savons que la première saison sera certainement la plus difficile et la plus compliquée”, soupire Raphaël Saint-André, un brin lucide.

Le LOU visera clairement le maintien, pour sa première saison en Top 14. En attendant la construction du "Matmut Stadium", un stade modulaire de 7998 places dont le coût est estimé à 9 millions d’euros (hors foncier), qui devrait voir le jour en novembre prochain sur la plaine des Etats-Unis, le LOU sera dans l’obligation de jouer ses premiers matches à l’extérieur. Trois à quatre rencontres se tiendront probablement au stade de Gerland. “On a créé un certain enthousiasme à Lyon. On sera capables de remplir Gerland, de fidéliser", s’enthousiasme Raphaël Saint-André.

Pas de recrutement bling-bling

Avec un budget qui se situera entre 12 à 13 millions d’euros - il était de 8 millions lors du précédent exercice - le LOU n’a pas l’intention de s’embourgeoiser : “Nous avons tablé sur augmentation de budget mesurée, car notre ambition est de s’inscrire dans une continuité. On n’est pas là pour faire un coup. L’apprentissage du rugby de haut niveau demande du temps”, dixit Yvan Patet le président du LOU. D’ailleurs, si la rumeur a longtemps couru d’un changement de présidence, Yvan Patet nous a confirmé qu’il sera bel et bien à la tête du club la saison prochaine.

Du côté du recrutement, le LOU entend ne pas faire non plus dans la démesure et le tape-à-l’oeil, même si les noms de quelques stars du rugby hexagonal ont commencé à "fuiter" dans la presse. “Il n’y aura pas de recrutement bling-bling, prévient d’emblée Yvan Patet. On veut vraiment des joueurs qui apportent au groupe constitué et en aucun cas on mettra en avant un nom juste pour le plaisir d’avoir un nom. Il ne faut pas se tromper de musique.” Quoi qu’il en soit, malgré un budget restreint et une inexpérience du Top 14, le LOU n’entend pas faire de la figuration.

--------

REPÈRES

Président : Yvan Patet
Président de l’association : Alain Savoie
Budget : 12 à 13 millions d’euros
Actionnaires de la holding Pyramide 15, présidée par Guy Mathiolon : Olivier Ginon via GL Events (52 %), Guy Mathiolon via Serfim (25 %), Yvan Patet via em2c (17 %) et 6 % répartis entre une vingtaine d’actionnaires.
Droits TV : 1,7 million d’euros
Apport des collectivités locales (Lyon, Grand Lyon, conseil général) : 1 million d’euro
Revenus du sponsoring privé : 7 à 8 millions d’euros
Billetterie, produits dérivés : 3,5 millions
Partenaires officiels : Matmut, GL Events, Serfim, Segeco, GDF-Suez, Crédit Agricole, Groupe D&O, Renault Trucks
Nombre de partenaires : 225 environ
Équipementier : Canterbury
Stade : Matmut Stadium (7998 places)
Supporters : les lougdunums

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut