Du rêve au cauchemar

L'OL a été humilié mardi soir sur sa pelouse du stade Gerland par le Bayern Munich (0-3).

Olympique Lyonnais – FC Bayern Munich 0-3 (0-1)

Buts : Olić (26e, 67e, 77e)

Les équipes :

Olympique Lyonnais : Lloris - Réveillère, Cris (cap), Boumsong, Cissokho (Gomis, 46e) - Gonalons, Makoun - Govou, Delgado (Pjanic, 68e), Bastos - Lisandro Lopez (Ederson, 79e) - Entraîneur : Claude Puel

FC Bayern Munich : Butt - Lahm, Van Buyten (Demichelis, 46), Badstuber, Contento - Robben (Klose, 76e), Schweinsteiger (Alaba, 79e), Van Bommel (cap), Altintop - Müller, Olić - Entraîneur : Louis Van Gaal

Une douche froide. Battu pour la première fois à la maison en Coupe d’Europe, l'Olympique Lyonnais ne disputera pas la finale de la Ligue des Champions, à Madrid, le 22 mai prochain. Dans un match dominé de la tête et des épaules par le Bayern (0-3), les Lyonnais n’ont pas existé mardi soir à Gerland. Les hommes de Claude Puel ont été surclassé par une équipe bavaroise sérieuse et réaliste. Que ce soit dans l'impact physique comme dans l'aspect technico-tactique, le club rhodanien s’est montré incapable de se hisser à la hauteur de l’événement. Avec un triplé, Ivica Olić a puni avec sang froid les errances défensives des Lyonnais. Encouragés par un public de Gerland chaud bouillant, les partenaires de Cris ont été dépassés dans tous les compartiments du jeu.

Malgré une volonté affichée de jouer plus haut - contrairement au match aller-, les Gones ont été défaillants offensivement. Pour preuve, une seule occasion est à mettre au crédit de l’OL lors de la première mi-temps (31e). Juste avant la demi-heure de jeu, Olić profite d’un énième espace laissé libre par l’arrière garde rhodanienne pour ouvrir la marque. Bien servi par Müller, le Croate, dos au but, se joue d’Aly Cissokho avant d’ajuster Hugo Lloris (0-1, 26e). Une ouverture du score qui fait mal aux Lyonnais. Dans l'obligation d’inscrire trois buts pour espérer se qualifier, Lyon tente de refaire surface. A la reprise, l’entrée en jeu de Gomis à la place de Cissokho permet aux Gones de retrouver un petit peu de peps. Alors que l’OL semble revenir dans le coup, la rencontre bascule définitivement lorsque l’arbitre décide d’expulser très sévèrement Cris pour un geste d’humeur (60e) -le Brésilien a applaudi ironiquement Massimoi Busacca après avoir reçu un carton jaune-. Réduits à dix, les Olympiens craquent, humiliés par un Ivica Olić des grands soirs (0-2, 67e - 0-3, 77e). Malgré les chants incessants de Gerland, Lyon ne rejoindra pas Reims, Saint-Etienne, Marseille et Monaco dans le gotha des finalistes français de la plus prestigieuse des coupes européennes.

LA REACTION

Claude Puel : "Il faut féliciter cette équipe du Bayern qui nous a été supérieure dans beaucoup de domaines. Dans le volume de jeu, dans l’impact physique. On a quelques regrets sur quelques occasions pour revenir dans le match. On a essayé en deuxième mi-temps mais l’expulsion de Cris a mis un terme a nos possibilités. Ce 3-0 est dû à la physionomie du match et notamment à l’expulsion de Cris. Après ce fait de jeu on a subi les contres de Munich. Le groupe est uni et veut disputer cette compétition l’an prochain. On sait par où ça doit passer. Même si notre calendrier n’est pas évident en cette fin de saison je suis convaincu qu’on arrivera à être sur le podium."

Lire sur le même sujet : OL-Bayern : Les réactions d'après-match

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut