Asvel-Orleans
©Asvel

Basket : l'Asvel s'impose à l'arrachée face à Orléans

Encore menée à 1'30 de la fin, l'Asvel a effectué un gros finish vendredi soir à l'Astroballe pour venir à bout d'Orléans, 82-78.

La Green Team a failli se faire surprendre sur son parquet vendredi soir. Confronté à Orléans, avant-dernier au classement de la Pro A, les hommes de JD Jackson devaient se relancer dans la course aux play-offs, une semaine après la défaite contre l'Élan Chalonnais. Emmenée par la paire Walter Hodge-Casper Ware (33 points à eux deux), qui jouait son premier match depuis son retour à Villeurbanne, les Rhodaniens passent logiquement la première mi-temps en tête. Avec en prime une avance de 13 points à la pause (41-28) et une belle adresse extérieure, grâce notamment à un deuxième quart-temps où ils inscrivent 26 points.

Orléans passe devant à 5 minutes du terme

Une avance qui va se confirmer en début de troisième quart-temps, mais qui va peu à peu s'effriter grâce aux 3 points des Orléanais. L'Asvel encaisse un 9-0 qui ramène les visiteurs à égalité (70-70) à 5 minutes de la fin. Orléans mène de trois points à 1'30 du coup de sifflet final. C'est à ce moment-là que Walter Hodge (meilleur marqueur du match avec 20 points) prend les choses en main, aussi bien en attaque qu'aux lancers-francs. Les Villeurbannais claquent un 7-0 et finissent par l'emporter 82-78.

"Un avertissement sans frais"

"Un avertissement sans frais" pour le coach JD Jackson, qui fait référence à la place qu'occupe Orléans au classement. Cette 12e victoire permet à la Green Team de repasser en bilan positif et de regagner la 8e place, dernière qualificative pour les play-offs, avant le match de Limoges lundi. Un succès qui permet également à l'Asvel de préparer au mieux son quart de finale de Ligue des champions mardi face aux Espagnols de Tenerife, toujours à l'Astroballe. Avant de se déplacer au Mans samedi prochain pour le compte de la 24e journée de Pro A.

à lire également
Vue de Lyon – Au premier plan, Gerland © Métropole de Lyon
Après le départ de l’Olympique lyonnais pour Décines, les inquiétudes étaient vives concernant le devenir de Gerland. Mais l’arrivée du Lou et l’installation de l’académie de basket créée par Tony Parker ont clairement changé la donne.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut