AULAS, 20 ANS DE REGNE

Une ascension fulgurante pour celui qui a fait du club de foot lyonnais l'un des meilleurs de France.

Natif de l'Arbresle, Jean-Michel Aulas est fils de professeurs. Son père écrit quelques chroniques au Progrès. Les deux hommes sont très proches et partagent une passion pour le handball. D'ailleurs, Jean-Michel Aulas a joué au hand à un bon niveau, en Nationale 2. En mai 68, Aulas est délégué du syndicat étudiant l'UNEF, il participe activement à la révolte étudiante. Il voue une véritable admiration à Daniel Cohn-Bendit. "Je sais qu'il dit ne pas s'en souvenir, mais j'ai participé avec lui à des manifestations et à des réunions à la Sorbonne. A l'époque, j'étais fasciné par sa capacité à rameuter les troupes." A 19 ans, le jeune Aulas demande l'émancipation à ses parents pour créer, avec trois de ses amis, une entreprise d'informatique. Treize ans après, il décide de fonder la CEGID, une entreprise spécialisée dans les progiciels de gestion et de comptabilité. En 1987, Jean-Michel Aulas participe régulièrement à une émission de télévision sur TF1 appelée "Ambition" et présenté par un certain Bernard Tapie. Un soir, lors d'une fête organisée après le tournage d'une des émissions, un journaliste du Progrès demande à Bernard Tapie qui pourrait sortir l'OL de la crise. Le club de foot lyonnais est criblé de dettes et au bord de la troisième division. Tapie répond "Jean-Michel Aulas". La semaine suivante, cette réponse de Bernard Tapie fera la une du Progrès. Le 15 juin 1987, Aulas accepte, mais sans réelle conviction, de prendre les rênes du club lyonnais. L'ancien handballeur, n'a pas de véritable connaissance du monde du football. Malgré tout, bien entouré, notamment de Bernard Lacombe, l'ascension de Jean-Michel Aulas sera fulgurante. Lyon remonte en Ligue 1 et depuis, règne sur le football français.

Jean-Michel Aulas : "Dieu reconnaîtra les siens"

Vingt ans à la tête de l'OL, ça fait quoi ?
C'est un acquis d'expériences car au début il a fallu apprendre les rouages du football professionnel. C'est aussi beaucoup d'émotions, j'ai connu des moments très fort, d'autres plus difficiles. Je suis très fier du chemin parcouru, d'avoir, avec l'aide de mes collaborateurs, pu faire évoluer le club.

Vous êtes souvent conspué dans les différents stades en France. N'avez-vous pas souffert de cette image qui vous colle à la peau ?
Bien sûr que c'est difficile, surtout lorsque vous avez des vraies valeurs. L'expression "Dieu reconnaîtra les siens" s'applique totalement. Je tiens tout de même à vous dire que de partout où je me rends en France et en Europe, il y a aussi beaucoup de respect et d'affection envers moi. Le rôle d'un président, c'est de défendre son club et de protéger l'institution. Il faut donc accepter cette défiance, le fait d'être incompris.

Dans 20 ans, serez-vous toujours à la tête du club ?
(Sourire) Non. Récemment, le président Carlo Molinari a fêté ses quarante ans à la tête du FC Metz (40 ans non consécutif) ce qui est un sacré record. Personnellement, je sais que je ne pourrais pas en faire autant. Vous savez, ce poste de président c'est très fatigant, très usant. C'est une débauche d'énergies considérables, d'autant que j'ai peut-être à cause du foot, loupé des choses au niveau de ma vie familiale. J'aurai de ce point de vue l'occasion de me rattraper lorsque je ne serai plus à la tête de l'OL.
AULAS EN CHIFFRES

11
Jean-Michel Aulas, n'a connu que 11 entraîneurs : Robert Nouzaret, Denis Papas, Marcel Le Borgne, Raymond Domenech, Jean Tigana, Guy Stephan, Bernard Lacombe, Jacques Santini, Paul Le Guen, Gérard Houllier, Alain Perrin

933
En vingt ans à Lyon, il aura cumulé 933 matchs officiels, toutes compétitions confondues.

13
Treize trophées gagnés sous l'ère Aulas dont 6 titres de champion de France.

129
La fortune personnelle de l'actuel président de l'OL est estimé à 129 millions d'euros. Ce qui le place à la 19ème position du classement des grandes fortunes de France établi par le magazine Challenges.

à lire également
 Le nouveau latéral gauche de l’OL, Youssouf Koné, transfuge du LOSC, a bataillé avant de pouvoir exprimer la plénitude de son talent. Retour sur le parcours de l’international malien et sa folle envie de s’illustrer sous le maillot lyonnais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut