ASSE - OL : la 2CV plus forte que la Ferrari (vidéo)

Grâce à un coup franc victorieux de Michel Bastos, l'OL remporte le 105e derby à Geoffroy-Guichard (0-1). Un succès en terre stéphanoise qui permet aux Gones de conforter leur place de leader devançant de cinq points l'OM et le PSG.

De l'un de nos envoyés spéciaux à Saint-Etienne.

L'Olympique lyonnais a joué la carotte. Tout au long de la semaine précédant ce 105e derby de l'histoire, Rémi Garde et Jean-Michel Aulas avaient adopté la même stratégie. Ne pas provoquer le voisin stéphanois même si - derby oblige - la tentation était forcément forte. Fin stratège, JMA est allé jusqu'à louer le jeu déployé par les Verts depuis le début de la saison. Si dans le Rhône, les propos présidentiels ont été pris avec le sourire, dans la Loire, ils ont quelque peu perturbé l'état major forézien.

La Ferrari dans le décor

Tel un novice, Roland Romeyer est tombé dans le panneau. Emporté par son élan, il a osé comparer Rémy Vercoutre a une 2CV et Stéphane Ruffier à une Ferrari (lire ici). Une erreur stratégique pour Saint-Etienne, du pain béni pour l'OL. Sans le vouloir, le président du directoire de l'ASSE a motivé comme jamais la bande à Rémi Garde. En entrant, dimanche soir, sur la pelouse de Geoffroy-Guichard, les Lyonnais avaient encore à l'esprit cette comparaison...

Coaching gagnant

Et dire que le sort semblait s'acharner sur Lyon. Après avoir perdu Clément Grenier sur blessure (12e), l'OL se retrouve réduit à dix à la suite de l'expulsion de Mouhamadou Dabo (56e), coupable d'un geste stupide sur Gradel qui au passage en rajoute des tonnes. Un coup de tête "à la Zidane" qui oblige Rémi Garde à revoir ses plans. L'entraîneur lyonnais décide de sortir Gourcuff au profit de Bastos. Un choix gagnant. Le Brésilien s'illustre de belle manière. D'un coup de patte magistral, il ne laisse aucune chance à Ruffier (0-1, 65e). Et éteint à lui seul le Chaudron.

Un but victorieux qui met fin à une série stéphanoise de 13 matchs sans défaite toutes compétitions confondues. Lyon fait une nouvelle fois parler la poudre à Geoffroy-Guichard en s'adjugeant l'unique véritable derby de la Ligue 1. Une habitude prise depuis 1994.

Lire aussi  : Aulas : "Éviter les petites phrases avant" / Clément Grenier : "Ça a pété"

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut