Villeurbanne : le foot amateur endeuillé après le décès d’un joueur

Victime d’une attaque cardiaque sous les yeux de ses coéquipiers, un homme de 37 ans, joueur de la catégorie vétérans de l’AS Algérienne, est décédé vendredi soir lors de la rencontre qui opposait les siens au club de Villeurbanne.

Un terrain de football amateur

Bencolin92 (cc Wikipédia)
Un terrain de football amateur

Ils s’entraînent ensemble tous les lundis et partagent le même terrain. Les liens d'amitié qui unissent les joueurs de l'Asul et de l'AS Algérienne vont encore se renforcer après le drame qui s'est joué vendredi soir au stade Séverine de Villeurbanne. Un homme de 37 ans a perdu la vie, victime d'une crise cardiaque pendant la rencontre.

“On voyait bien qu’il n’y avait plus d’espoir”

Stade Séverine Villeurbanne

Google Streetview (capture écran)
Stade Séverine Villeurbanne

Juste avant la mi-temps de ce match de district, mais surtout de copains, un joueur se plaint de son état de forme, raconte un dirigeant de l'Asul. Victime d'un malaise dans la foulée, il tombe à terre mais se relève rapidement. "Même pas trente secondes après", l'homme est finalement victime d'une attaque cardiaque, confie ce dirigeant.

Rapidement sur place, les pompiers procèdent à un massage cardiaque. Rejoints par le Samu, ils s'activent pendant trois quarts d'heure pour tenter de sauver le sportif. "Mais on voyait bien qu'il n'y avait plus d'espoir", relate notre source, la voix émue.

Tous copains, les joueurs présents hier se connaissent depuis longtemps. Ils se sont croisés au fil des ans, des rencontres et des entraînements dans les différentes catégories d'âges.

La prévention et l’équipement en question

Un défibrilateur

Wikipédia (cc)
Un défibrilateur

Les deux clubs ainsi que leurs joueurs se joignent à la tristesse des proches. Choqués, ceux présents sur le terrain ont vu cet homme "jeune parmi les vétérans" mourir sous leur yeux, leur rappelant que ce genre de drame "n'arrive pas qu'aux autres".

Pour l'heure endeuillé, le football amateur rhodanien devrait bientôt voir renaître la question de la prévention concernant la santé de ses sportifs.

Depuis 2010, la fédération française ainsi que les ligues et les syndicats de joueurs de football sont engagés dans un programme de formation aux "gestes qui sauvent". De son côté, le médecin en chef de la Fifa recommande la présence d'un défibrillateur à chaque rencontre de football.

Mais, vendredi soir, au stade Séverine, notre source nous explique que personne ne savait s'il y avait un défibrillateur. "En tout cas, s'il y en avait un, il n'était pas à disposition", lâche le dirigeant, plus préoccupé par la peine que par les débats.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut