3e journée de Pro A : et une, et deux et trois défaites...

Troisième défaite d'affilée pour l'ASVEL (74-66) face à Hyères-Toulon, plus petite masse salariale de Pro A. Si l'ASVEL a montré plus de répondant, la situation reste extrêmement préoccupante.

C'est encore une expression de l'écrivain québéco-lyonnais Alain Turgeon qui résume le mieux la situation de l'ASVEL après la défaite à Hyères-Toulon : "ça va mieux mais mal...". Mieux car l'ASVEL a montré un meilleur visage samedi face à Hyères-Toulon que lors des deux premières journées de championnat (mais en cédant, comme trop souvent, dans le dernier quart). Mal parce que l'ASVEL n'a toujours pas remporté le moindre match en Pro A. Et partage avec Poitiers et le promu Pau la dernière place du classement. A vrai dire, on ne voit guère comment tout cela va s'arranger. Comme on le craignait, l'arrivée de Bogavac (0 pt) n'a pas eu le caractère miraculeux naïvement escompté. Pas plus que la titularisation « électrochoc » de Fofana et Jackson, à la place de Zizic et Vassallo. Si le premier s'est plutôt bien employé (6 points, 7 rebonds) malgré les fautes qui l'ont rapidement handicapé, le second n'a pas suffi à combler l'absence de Vassallo. C'est que l'un des problèmes de l'ASVEL reste l'inconstance de ses cadres : Hammonds a certes pris les choses en main (20 points) mais dans un registre trop individuel, oubliant souvent de servir Jefferson. A l'inverse Zizic, maladroit à en crever depuis le début de saison, a continué à arroser (3/11 pour 6 points et seulement 1 rebond).

Recherche pivot désespérément

Certes, Gelabale a repris des couleurs en faisant du Gelabale, c'est à dire un peu de tout, et Tillie (8 pts, 6 rebonds) s'est encore montré solide. Mais les Verts ont perdu beaucoup trop de ballons et trop péché aux tirs extérieurs (1/16 à 3pts) pour espérer quoi que ce soit. Au point qu'on peut se demander si Vassallo, qui n'est pas encore officiellement parti, n'aurait pas permis de remporter ce match. On ne le saura jamais. Ce qui est sûr c'est que si l'ASVEL veut s'en sortir, elle a besoin d'un arrière-shooteur du calibre de Vassallo (ce que n'est pas Bogavac, sauf son respect) mais aussi d'un pivot. Car Villeurbanne ne peut pas finir la saison avec comme titulaire au pivot, poste très stratégique, un Zizic à côté de ses pompes ou un Fofana encore trop vert. Mais cela nécessite sans doute de faire une croix sur l'Arlésienne Laurent Foirest pour faire de la place. Car le calendrier va avoir tendance à se durcir ces prochaines semaines. Vendredi prochain, c'est Nancy, le leader, qui débarque à l'Astroballe. S'ensuivront un déplacement à Cholet, champion en titre et la réception d'Orléans. Inutile de dire qu'au sortir de cette cette séquence un bilan (très plausible) de 6 défaites d'affilée plongerait l'ASVEL dans des abysses d'interrogation quant à la méthode Collet. On n'en est pas là mais reconnaissons qu'on y va tout droit.

Pro A – 3e journée à Hyères (Espace 3000)

Hyères-Toulon – Villeurbanne : 74 à 66 (15-14, 22-21, 19-19, 18-12)

Arbitres : MM. Castano et Mortz.

Hyères-Toulon : Marqueurs : Washam (10), Flowers (8), Houston (15), Krupalija (5), Hughes (15), Fein (21).

Villeurbanne : Marqueurs : Hammonds (20), Zizic (6), Tillie (8), Gelabale (10), Jefferson (8), Westermann (2), Fofana (6), Jackson (6).

à lire également
Vue de Lyon – Au premier plan, Gerland © Métropole de Lyon
Après le départ de l’Olympique lyonnais pour Décines, les inquiétudes étaient vives concernant le devenir de Gerland. Mais l’arrivée du Lou et l’installation de l’académie de basket créée par Tony Parker ont clairement changé la donne.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut