Pas d'image
Sans trop se livrer, Gérard Collomb en a dit suffisamment sur la guerre des motions que se livrent en interne les ténors du Parti Socialiste.
Ça s'appelle les vases communicants : en passant un accord avec Ségolène Royal, la semaine dernière, Gérard Collomb et ses amis de "la ligne claire" ont finalement fait fuir leur "champion" pour le poste de premier secrétaire du PS, Pierre Moscovici.
Le retour politique de Charles Millon a été bref.
Il en fallait bien un pour rompre le 'front uni' des grands élus socialistes Lyonnais : Jean-Paul Bret a annoncé hier à l'AFP son soutien au maire de Paris Bertrand Delanoë.
Ambiance tout en courtoisie pour ce Conseil Municipal de rentrée.
'Il faut absolument éviter un affrontement entre Ségolène Royal et Bertrand Delanoë.' C'est sur ces mots que Christiane Demontès, première secrétaire fédérale du PS dans le Rhône, est montée aujourd'hui dans un train pour Paris, où elle doit rencontrer Pierre Moscovici.
Le chef a parlé et a clairement donné sa préférence à sa fille Marine.
Bien qu'il ait dû décliner l'invitation à la dernière minute, le séminaire de rentrée de la fédération du parti socialiste du Rhône n'a tourné quasiment qu'autour de Pierre Moscovici.Attendu en guest star ce samedi matin par Gérard Collomb, maire PS de Lyon, le député du Doubs n'a pas pu être présent sous le chapiteau monté à Rillieux-la-Pape, contraint d'assister à l'enterrement d'un élu de sa circonscription.
"Après avoir offert une ambassade à M. Millon, l'UMP tente son recyclage politique en lui accordant l'investiture aux sénatoriales de l'Ain.
Ségolène Royal sera à Lyon mardi, pour dédicacer son livre "Si la gauche veut des idées", écrit avec le sociologue Alain Touraine.

Posts navigation

1 2 3 711 712 713 714 715 716 717 784 785 786