Conseil de la métropole Grand Lyon
En plein épisode de pollution, la métropole de Lyon a annoncé qu'une journée autour du climat et de la solidarité sera organisée avec les acteurs de terrain le 9 mars prochain. 
Ce jeudi se tenait devant la Cour d’appel de Lyon le procès de Martial Passi, l’ancien maire de Givors. Le parquet a demandé la confirmation de la condamnation en première instance. 
Le président de la métropole de Lyon a jugé “inutile”, “contre-productive” et “stigmatisante” la proposition faite par Édouard Philippe et reprise par Laurent Wauquiez de contreparties au RSA. 
Dans un communiqué, le parti Europe Écologie - Les Verts de Lyon et du Rhône a demandé la mise en place rapide de la circulation différenciée pour faire face à l’épisode de pollution en cours.
Gérard Collomb, David Kimelfeld et Emmanuel Macron © Tim Douet
De la défiance, ils sont passés aux coups bas. Dans les rangs de la majorité, l’ambiance devient délétère, avec formation de clans. Au jeu des soutiens, le président de la métropole rivalise aujourd’hui avec son ancien mentor. Si, officiellement, David Kimelfeld dit vouloir prolonger un attelage qui ne satisfait pourtant ni l’un ni l’autre, il poursuit un autre objectif : empêcher Gérard Collomb de se présenter en 2020. Pour la République en Marche, Lyon est devenu un casse-tête. À démêler rapidement, en ménageant la susceptibilité de l’ancien ministre tout en confortant le renouvellement incarné par le maire du 4e. Délicat.
Le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes a saisi au bon les déclarations du Premier ministre Édouard Philippe sur les “contreparties” pour les personnes bénéficiant de minimas sociaux. 
Le président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes a demandé au gouvernement d’interdire les manifestations non autorisées de Gilets jaunes ce samedi.
Après la recrudescence des actes antisémites en France, le Gouvernement ambitionne d’élargir la définition de l’antisémitisme en y intégrant l’antisionisme. À Lyon, les réactions sont vives.
Alexandre Vincendet / François-Noël Buffet © Tim Douet (montage LC)
Le calendrier s’est brusquement accéléré à droite. Les Républicains veulent désigner leur candidat à la présidence de la métropole dès ce printemps. Le début de campagne entre François-Noël Buffet et Alexandre Vincendet fait en effet rejaillir d’anciennes tensions de la droite locale qu’Étienne Blanc et Laurent Wauquiez veulent rapidement éteindre.
Alexandre Vincendet, dans son bureau à la mairie de Rillieux-la-Pape, en 2015 © Tim Douet
Le maire de Rillieux-la-Pape ne s’est pas encore déclaré candidat à l’investiture des Républicains pour la présidence de la métropole en 2020, mais il mène déjà une campagne interne. Alexandre Vincendet veut jouer Lyon contre le reste de l’agglomération et le renouveau face à un système à bout de souffle. Catalogué sur une ligne droitière, le président de la fédération LR du Rhône fait de Rillieux son laboratoire d’une politique qu’il veut plus pragmatique qu’idéologique. Entretien.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 751 752 753