Simple, bon, le Tibouren mérite de s'expatrier à la Guillotière.Voilà un restaurant où le client, aussi néophyte soit-il d'un point de vue culinaire, n'est pas pris pour un âne.
Sept candidats sur quinze ont reçu le titre de Meilleur Ouvrier de France ce lundi 8 à Dardilly.
À Lyon, l'insolite culinaire à Lyon a un nom : Le Baladin.
Château Dudon 2006, premières côtes de Bordeaux (rosé) Merlaut (Jean), c'est un négociant bien connu, le gestionnaire de Gruaud-Larose (deuxième grand cru classé de saint-julien), mais il est aussi viticulteur à Baurech.
C'est une déferlante... C'est un débordement ! C'est un raid ! Que dis-je, c'est un raid ? C'est une invasion ! Poules, poulardes, chapons, poussins...
Grosse nouvelle, jeudi 27 septembre, dans le milieu de la cuisine lyonnaise.
Chignin-Bergeron André et Michel Quénard 2005 Issu d'un des îlots viticoles de Savoie exposé plein sud sur les éboulis calcaires de la Cluse de Chambéry et du cépage Bergeron ( la Roussanne de la Vallée du Rhône), un vin frais et gras, à la fois floral et fruité.
Un nippon qui cuisine français, c’est toujours une découverte. Vive les Japonais ! Akira Nishigaki est notre cuisinier de la rentrée. Ce jeune chef de 31 ans, élève de Jérôme Soonberg (L’Étage - place des Terreaux) vient d’ouvrir L’Ourson qui boit, rue Royale, dans le 1er arrondissement.
Lundi 17 septembre 2007, 20h30. C'est à l'Auberge du Pont de Collonges, chez le "primat des gueules" Paul Bocuse, que le réseau international des villes gourmandes du monde DELICE a vu le jour.
Sans beurre et sans reproche. Telle est la cuisine périgourdine, vue, goûtée et approuvée par Curnonsky, "prince élu des gastronomes".

Posts navigation

1 2 3 100 101 102 103 104 105 106