Wauquiez ne se “résigne pas à voir Alstom vendu aussi vite”

Le député de la Haute-Loire fait partie des 36 députés de l’opposition qui réclament la constitution d’une commission d’enquête parlementaire au sujet de la cession de la branche énergie d’Alstom.

Trente-six députés de l'opposition réclament la constitution d'une commission d'enquête parlementaire au sujet de la vente prochaine de la branche énergie d'Alstom. Parmi eux, Laurent Wauquiez, député de la Haute-Loire, invité politique ce matin de Christophe Bordet sur Sud Radio. "Je ne me résigne pas à voir Alstom vendu aussi vite, au bout de quelques jours, et qu'au fond on nous laisse le choix de nous faire dépecer par un Américain ou racheter par un Allemand", a-t-il expliqué. "C'est une histoire folle", a ajouté Laurent Wauquiez, rappelant que le groupe français "contribue à faire des TGV, est un maillon essentiel sur l'énergie nucléaire". "Il faut que l'on se pose, qu'on prenne le temps de construire une alternative (...) essayons de construire un champion européen", a-t-il exhorté.

“On a remplacé l’Europe d’Airbus par l’Europe des normes”

Ce sujet a amené Laurent Wauquiez, qui a récemment signé l'ouvrage Europe, il faut tout changer, à parler des européennes. Lui soutient Alain Lamassoure, en dépit de leur différence de ligne politique. L'eurodéputé est un fédéraliste, lui est partisan d'une Europe resserrée à 6 pays. Il revendique le "droit de critiquer l'Europe". "Le droit de la concurrence ne peut être l'alpha et l'omega. Airbus, c'est l'exemple de l'Europe que l'on veut. Mais on a remplacé l'Europe d'Airbus par l'Europe des normes, l'Europe de la concurrence, regrette-t-il. Je suis pour l'Europe, mais je considère qu'il faut tout changer." Le titre de son livre.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut