lofti

Vénissieux : 3 élus perturbent le point presse du PS à Paris

Trois conseillers municipaux socialistes de Vénissieux ont perturbé le point presse du PS lundi à Paris. Ils dénoncent les “magouilles” de la fédération du Rhône et les modalités de désignation de leur chef de file aux prochaines municipales. Le secrétaire de section réagit.

Lors du point presse hebdomadaire du PS qui s'est tenu lundi à Paris, Mokrane Kessi, Samia Hamdiken-Ledésert et Jean-Marc Thevenon ont fait entendre leur voix. Ces trois conseillers municipaux socialistes de Vénissieux contestent l'avancement au 18 juin du vote, initialement prévu le 10 octobre, qui désignera le premier des socialistes dans la section.

Des "magouilles" sous couvert d'un changement de calendrier

Samia Hamdiken-Ledésert assure que "rien ne justifie le fait qu'on avance précipitamment le vote" et que "cela aura pour conséquence d'exclure plusieurs dizaines de nouveaux adhérents". La désignation du chef de file du PS en vue des élections municipales de 2014 étant en jeu, les trois élus dénoncent les "magouilles" de Lofti Ben Khelifa. Ce dernier, secrétaire de la section locale du PS et adjoint au maire, est à l'origine de la modification du calendrier. Jean-Marc Thevenon estime que cela lui "a permis d'éliminer des gens qui ne voteront pas pour lui".

Au principal concerné de rétorquer qu'il ne s'agit en aucun cas de "magouilles" mais de pouvoir partir en campagne plus tôt. Lofti Ben Khelifa explique qu'une circulaire permet aux sections locales qui le souhaitent d'anticiper le vote et que la décision a été adoptée à la majorité. "Le PS étant minoritaire, il s'agissait pour le chef de file élu d'avoir le temps de gagner en notoriété", déclare David Kimelfeld, premier secrétaire fédéral du PS. Ce dernier parle d'une "attitude déplorable et inappropriée" de la part de ces élus et au secrétaire de section d'ajouter qu'"ils doivent respecter le vote ou alors quitter le parti".

"À Lyon personne ne nous écoute"

Ces trois conseillers municipaux, ne se sentant pas écoutés à Lyon, ont alors choisi de monter à Paris afin de rencontrer Harlem Désir, premier secrétaire du PS. La perturbation du point presse n'ayant rien donné, ils ont choisi de camper, durant une nuit, devant le siège du parti. Ils ont pu rencontrer le directeur de cabinet de monsieur Désir qui a estimé la situation "anormale" et devrait, selon Jean-Marc Thevenon, donner suite à leur demande de voir le calendrier initial maintenu. Les trois élus envisagent de former une liste dissidente ainsi que l'éventualité de s'allier avec Europe Écologie-Les Verts si la situation n'évolue pas.

Faire défiler vers le haut