Sondage : Auvergne-Rhône-Alpes voterait Le Pen, puis Macron et Fillon

Selon un sondage relatif au premier tour de l'élection présidentielle, les habitants de la région placeraient Marine Le Pen en tête, devant Emmanuel Macron et François Fillon.

© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Marine Le Pen serait en tête au premier tour de l'élection présidentielle dans toutes les régions françaises, sauf la Bretagne, les Pays de la Loire et l'Île de France, où c'est Emmanuel Macron qui arriverait premier. C'est que révèle un sondage du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po), réalisé par Ipsos-Sopra Steria du 7 au 12 février pour les antennes régionales de France 3, dont Franceinfo donne le détail. Marine Le Pen enregistrerait ses meilleurs scores en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Hauts-de-France et Grand-Est (36, 34 et 32 %).

Si Bayrou y va, Macron et Fillon au coude à coude

Fillon/Macron ()

©Tim Douet

En Auvergne-Rhône-Alpes, dans l'hypothèse où François Bayrou ne serait pas candidat, Marine Le Pen rassemblerait 26 % des suffrages, contre 23 % pour Emmanuel Macron, 20 % pour François Fillon et 14 % pour Benoît Hamon. Dans l'hypothèse où le leader du Modem serait en lice, il réaliserait un score de 6 %, tandis que Le Pen reculerait d'un point, et que Macron et Fillon seraient au coude à coude à 19,5 %. Un résultat qui va dans le même sens que celui du dernier sondage Ifop-Fiducial.

Enfin, dans la région, Jean-Luc Mélenchon rassemblerait 11 % des suffrages, ou 10 % si François Bayrou était candidat. Dans les deux configurations, Nicolas Dupont-Aignan réaliserait 3 %, Yannick Jadot 2 %, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou chacun 0,5 %.

à lire également
L'avocat et élu lyonnais Etienne Tête a déposé une nouvelle plainte au nom de l'association Anticor dans l'affaire de la vente d'Alstom Energie à General Electric. Il demande que les responsables de l'entreprise - condamnée pour corruption, aux Etats-Unis, où elle a payé une amende de 772 millions d'euros -, soient jugé en France. Et que la justice enquête sur les conditions dans lesquelles l'Etat français a renoncé à un bonus de 350 millions d'euros sur les actions du groupe. 
2 commentaires
  1. FEFI - 18 février 2017

    Ha les sondages aussi c'est du vent pour faire partir la pollution.

  2. Kasneh - 18 février 2017

    Il existe une ligne politico culturelle qui va de Lille/Paris/Lyon/Marseille. Elle coupe encore la France en deux entités qui s'atténuent avec le déplacement démographique vers l'ouest atlantique.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut