Rythmes scolaires : nouveau clash Perrin-Gilbert / Collomb

Le mouvement politique de Nathalie Perrin-Gilbert, mise en cause hier par Gérard Collomb pour avoir exercé des pressions sur les directeurs d'école du 1er arrondissement de Lyon, a réagi.

"Le GRAM regrette les propos diffamatoires du Maire de Lyon quand celui­-ci indique en conférence de presse qu’une de nos élues aurait 'fait pression' sur certaines écoles. Les élu­e­s Lyon Citoyenne et Solidaire présents dans les conseils d’école n’ont jamais pris part au vote, précise Renaud Payre, président du Gram, ce vendredi. Il ne voulait pas "fausser la consultation, contrairement à certains élus représentant le maire de Lyon dont les votes ont pu même faire basculer certains résultats".

Le Gram défend ainsi sa représentante, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire du 1er, accusée hier nommément en conférence de presse d'avoir fait pression sur certains directeurs d'école de son arrondissement pour qu'ils ne votent pas l'expérimentation proposée par Gérard Collomb sur les rythmes scolaires.

Deux erreurs s'étaient glissées dans les votes du 1er

Le maire de Lyon, interrogé hier par une journaliste du Progrès sur les pressions qu'il aurait lui-même exercé sur les directeurs d'école, avait réagi à la question en affirmant que le maire du 1er ne s'était pas gênée, de son côté, pour faire pression sur les directeurs d'école de son arrondissement.

Pressions ou pas, le rectorat a confirmé hier l'information révélée un peu plus tôt dans la journée par Nathalie Perrin-Gilbert selon laquelle deux résultats de votes pour deux écoles du 1er arrondissement étaient faux, dans le comptage révélé hier par le rectorat. L'erreur provenait des PV envoyés par les directeurs d'école au rectorat, elle a pu être corrigée dans la journée suite aux courriers des directeurs eux-mêmes.

Lire aussi notre article : "Rythmes scolaires : rectorat et inspection pris au dépourvu"

à lire également
Nicolas Simiot © Antoine Merlet
À l’approche de la mobilisation du 5 décembre, Lyon Capitale a rencontré Nicolas Simiot, enseignant villeurbannais élu du syndicat SE-Unsa. Réforme des retraites, Gilets jaunes, Stylos rouges, laïcité, mais surtout rôle de l’école…, ce professeur des écoles au parcours atypique n’élude aucun sujet, bien décidé à ne pas attendre “que l’eau boue” pour réclamer que l’on “change de logique”. Notre entretien “Grande gueule” de décembre.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut