Queyranne : “Collomb est le bienvenu pour faire campagne”

À deux mois du scrutin, Jean-Jack Queyranne a rencontré la presse ce mercredi midi pour dresser un panorama de la campagne à venir. Il a répondu, droit dans ses bottes, sur son bilan (Erai, STMicroelectronics), ses relations avec le PS et les écologistes. Mais surtout il n’a pas manqué de dresser un portrait très droitier de Laurent Wauquiez.

Jean-Jack Queyranne © Élise Anne

© Élise Anne
Jean-Jack Queyranne.

Jean-Jack Queyranne était l'invité ce midi du Club de la presse pour évoquer sa campagne des élections régionales. Le président sortant du conseil régional rhônalpin, qui brigue un troisième mandat, s'est montré aussi confiant que son statut de challenger de Laurent Wauquiez, favori dans les sondages, l'y autorise.

"J'ai rencontré François Hollande mardi et je lui ai dit qu'il ne fallait pas écouter les météorologues politiques défaitistes. Si on va livrer un match en se disant qu'il est perdu d'avance, mieux vaut ne pas y aller", avance Jean-Jack Queyranne. Il mise sur une campagne éclair pour conserver son fauteuil. "La campagne durera vraiment un mois. Elle n'intéresse pas encore nos concitoyens. Mon challenger est parti avant, mais ça ne veut rien dire. Moi, je suis président de la région. J'exerce la fonction", précise-t-il à la veille de présider la dernière session plénière de la région.

Jean-Jack Queyranne a aussi livré son planning de campagne, avec trois grands meetings : à Clermont-Ferrand, Grenoble et Lyon. Najat Vallaud-Belkacem, qui dirige son comité de soutien, sera présente dans l'Isère. Manuel Valls, le Premier ministre, viendra le soutenir lors de sa réunion publique lyonnaise.

“Les militants ont envie de faire campagne”

Queyranne en meeting à Clermont-Ferrand pour son lancement de campagne des régionales

© Élise Anne
Queyranne en meeting à Clermont-Ferrand pour son lancement de campagne des régionales

Alors que sa campagne débute dans un climat de division à gauche comme dans son parti, Jean-Jack Queyranne a clarifié ses relations avec le PS lyonnais et Gérard Collomb : "Nous discutons actuellement avec la fédération [PS] du Rhône pour savoir comment elle nous aidera financièrement à faire campagne. Je ressens chez les militants l'envie de mener campagne. La fédération du Rhône doit être dans le pays réel, elle doit être dans l'affrontement avec une droite dure et le FN. C'est le bon sens."

Alors que le PS lyonnais l'a lâché en septembre, Jean-Jack Queyranne a délivré un message au maire de Lyon qui mène la fronde lyonnaise : "Gérard Collomb est le bienvenu. Les régionales vont être la première élection sur le territoire de la métropole et il y aura des leçons à en tirer pour l'avenir."

Quant aux écologistes, Jean-Jack Queyranne note avec gourmandise que "l'opinion pense que ces divisions sont difficilement compréhensibles après avoir géré cahin-caha la région pendant dix ans avec eux et quand la menace de la droite et de l'extrême droite est aussi forte".

Queyranne persiste avec STMicro

Jean-Jack Queyranne a aussi assuré le service après-vente des actions de la région critiquées par ses rivaux, à droite comme à gauche. Il a par exemple justifié son soutien à l'entreprise STMicroelectronics, que dénoncent les écologistes : "Nous avons voulu soutenir une filière de la nanotechnologie qui emploie directement ou indirectement 20 000 salariés. C'est un secteur qui est en pleine expansion et qui demande de gros moyens capitalistiques si nous voulons rivaliser avec les sociétés asiatiques et américaines. J'ai pris l'exemple de la création d'un Airbus de la microélectronique, car c'est un enjeu capital pour l'Europe. Airbus a aussi bénéficié de financements publics."

Interrogé sur le fiasco Erai, la dissolution de cet organisme parapublic à la gestion chaotique, Jean-Jack Queyranne a pointé du doigt ceux qu'il désigne comme responsables : "La conjonction politique des écologistes qui n'aiment pas le commerce international et de la droite inspirée par Laurent Wauquiez. ERAI était redressable. Un choix politique a été fait avec des conséquences en terme d'emploi, mais aussi d'influence politique et économique."

Wauquiez : “un candidat sans vergogne”

Jean-Jack Queyranne, qui veut polariser le débat des régionales sur le duel qui l'oppose à Laurent Wauquiez pour cornériser les écologistes, est revenu en boucle sur la personnalité du candidat Les Républicains : "C'est un candidat sans vergogne qui affiche des positions anti-Europe, anti-social, anti-syndicats, anti-environnement. Il représente dans la stratégie de Nicolas Sarkozy le flanc droit d'une stratégie déjà très à droite. C'est un candidat TGV : il était à l'inauguration de la fac catho et du festival Lumière juste pour les photos. La région n'est qu'une étape dans son plan de carrière. Ses tracts sont une copie de ceux du FN. Il fait de la politique de bas étage. Je ne vais pas passer mon temps à répondre à ses contre-vérités flagrantes." C'est pourtant l'exercice auquel il s'est livré, avec plaisir, pendant près d'une heure.

4 commentaires
  1. Marine - mer 14 Oct 15 à 18 h 33

    Monsieur Queyranne prenez votre retraite. Vous avez déjà fait 2 mandats, laissez le 3ème à des jeunes. Il faut savoir se retirer !!!

  2. Collombitude - mer 14 Oct 15 à 20 h 00

    Il a le soutien de Collomb, et de Najat, je ne voterai donc pas JJQ

  3. spacelex - jeu 15 Oct 15 à 16 h 28

    Grisounet, se sachant perdu à gauche (tous ces gens qui l'ont aidés à devenir roi, qu'il a fait princes et qui ont encore des états d’âmes), il tente une Collombinade en voulant attirer des centristes, en traçant, à la manière d'un épouvantail, un portrait droitier de Laurent WAUQUIEZ. Il ressort de sa prestation, entendu ce matin / RCF, un mépris de la démocratie : les élus non issus de son creuset sont illégitimes. Je n'ose pas dire de gauche ... puisque lui non plus ne le dit jamais. 'convergences d'idées','valeurs partagées': NVB n'a pas encore dit un mot déjà la com' transpire sa dialectique décérébrante. Vivement qu'elle parle: son effet répulsif même au centre va fonctionner à plein! Bref, Laurent WAUQUIEZ sera le prochain président et Grisounet n'en peut rien et perd ses nerfs.

  4. privadois - sam 31 Oct 15 à 12 h 51

    Monsieur Queyranne, Votre règne s'achève : Le peuple est celui qui a le dernier mot mais étant généreux il pourra vous octroyer un RSA avec une chambre dans un de ces quartiers impopulaires ainsi vous pourrez sentir ce que le socialisme est de près. La branlée va être terrible et vos petits copains pourront pointer au chômage mais attention, on bosse dur dans le privé et pour pas grand chose avec toute fois l'honneur de ne pas coûter au contribuable et de se dire que ce pain là n'a pas été facile à gagner (cela vous changera des restos offerts à vous même par vous même)Le marquisat sera donc fini et vos barons et baronnes gratteront les terres pour la plus grande joie du peuple... la terre c'est dur mais c'est la réalité qui vous rattrape.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut