Nathalie Perrin-Gilbert
© tim douet

Polémique à Lyon 1er sur fond de campagne électorale

Une affaire mise en lumière par Tribune de Lyon crée la polémique dans le 1er arrondissement et envenime des relations déjà électriques entre Gérard Collomb, maire de la ville de Lyon et candidat aux municipales pour le PS, et Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er et candidate en 2014 à la mairie de Lyon contre le maire sortant.

La semaine dernière, Tribune de Lyon révélait qu'une élue du 1er arrondissement de Lyon a conservé son poste en mairie malgré un départ en Guadeloupe au printemps dernier. L'intéressée, Véronique Maréchel, adjointe aux affaires sociales, à la santé, au handicap et aux aides sociales et membre du GAEC (Gauche, Alternative, Écologiste et Citoyenne, dans la majorité de Gérard Collomb), percevrait toujours son indemnité mensuelle d’élue (1 170 euros selon Tribune de Lyon, 800 euros d’après le Progrès).

Une autre élue de l’arrondissement citée par Tribune de Lyon indique pourtant que les tâches de l’adjointe ont été redistribuées à d’autres. Le premier adjoint, Grégory Climent assure de son côté que Véronique Maréchal remplie toujours ses fonctions "par mail". Celle-ci a expliqué au même média qu’on lui a demandé de garder son poste en conseil d’élus au moment de son départ.

Une bataille Perrin-Gilbert contre Collomb

Cette semaine, la polémique enfle sur fond de campagne électoral. On apprend par Le Progrès que Nathalie Perrin-Gilbert, maire de l’arrondissement en congé du PS et candidate aux municipales de 2014, a fait savoir par communiqué ce lundi 4 novembre que la présence de Véronique Maréchal lui a "été imposée par Gérard Collomb et ses partenaires de la majorité sous peine de voir tous les dossiers du 1er bloqués".

Du coté du sénateur-maire socialiste, candidat à sa propre succession toujours sous l’étiquette de son parti, on riposte. Le quotidien rapporte les propos de Loïc Rousseau, directeur de cabinet de Gérard Collomb. "Il y avait des accords avec les partenaires de la majorité, elle n’a rien découvert. Gérard Collomb lui a dit que si on ne respectait pas cet accord, on ne respecterait pas les autres accords, et donc, qu’elle ne siégerait pas au Grand Lyon. Elle a voulu sauver son poste et a accepté."

Véronique Maréchal pourrait bientôt démissionner

La maire du 1er arrondissement, a indiqué au Progrès que Véronique Maréchal avait refusé de démissionner. Elle ajoute : "lui retirer sa délégation aurait été interprété comme un règlement de compte de ma part face au GAEC". Mais selon le quotidien, Véronique Maréchal, pourrait démissionner de son poste "sous peu". Affaire à suivre.

-----

Pour contacter la rédaction : municipales@lyoncapitale.fr

à lire également
Gérard Collomb lors du meeting En Marche
À trois ans d’intervalle, La Plateforme a proposé des prix très différents aux “marcheurs” de Gérard Collomb et à la droite lyonnaise. 7 000 euros la soirée pour l’opposition municipale, contre 996 euros pour une soirée de fin d’été où Gérard Collomb avait invité ses réseaux à se lancer dans l’aventure Macron.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut